AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 hopeful youth make me sick / elvis

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Jimmy Wolfe
Shithead with Press Credentials

Shithead with Press Credentials
Messages : 265
Crédit : Hallows.


Occupation : Journaliste au Pepin News Journal. Tout le monde se demande bien comment il est parvenu à obtenir (et surtout à conserver) son poste.
Réputation : Jim restera probablement toujours Jimmy-the-stoner du lycée. Il ne fait pas grand chose pour remédier à cette image, d'ailleurs… vous avez vu sa tête, dernièrement?

MessageSujet: hopeful youth make me sick / elvis   Mer 28 Fév - 13:28


HOPEFUL YOUTH MAKE ME SICK
JIMMY + ELVIS

« Je te rappelle que c’est moi qui signe tes chèques chaque mois. »
« Je me demande ce que Norma de la compta aurait à dire sur ces fausses allégations. »
« Est-ce que juste une fois, tu peux arrêter d’être une putain d’épine dans mon pied et faire ce que je te dis parce que tu saisis le concept de hiérarchie, Jimmy? »

Il avait compris que la question était rhétorique et s’était contenté de tourner les talons, laissant Murphy soupirer dans son mug de café tiède, assis au fond de son fauteuil de rédacteur en chef. Comment avait-il pu se faire avoir comme ça? En passant à côté des bureaux de ses collègues, il leur lança à chacun un regard noir. Un regard qui voulait dire « Je croyais que nous étions des alliés, mais vous êtes tous des traitres. » Evidemment qu’ils n’étaient pas des alliés. Il les suspectait même de s’être tous ligués contre lui pour lui faire payer son propre manque de loyauté. Il avait esquivé la fête d’anniversaire de Joel. Avait réussi à refiler l’article sur le nouveau plan d’assainissement à Karen. Bob lui en voulait encore probablement de lui avoir fait perdre ses accès au bureau du sénateur, il y a plusieurs mois. Il récoltait ce qu’il avait semé.

Jusqu’ici, Jimmy avait réussi à passer entre les gouttes, avec les stagiaires et les intérimaires. Il se volatilisait subitement dès qu’il voyait un adolescent en cravate faire son entrée dans la rédaction ou qu’il croisait l’air excessivement motivé d’un nouvel employé qu’il fallait « accompagner dans son acclimatation », comme disait Phil Murphy. Lorsque ce dernier les déposait, tels des colis encombrants, au bureau d’un de ses collaborateurs choisi au hasard, le grand blond était donc toujours aux abonnés absents. Cette fois-ci, son boss ne lui avait laissé aucune possibilité de fuite, et la convocation qu’il venait de vivre avait un goût de sentence.

Déterminé à rendre cette acte de trahison aussi pénible que possible pour ses collègues, il pris d’abord le temps de trainer lentement une chaise métallique sur toute la longueur de l’open space. Malgré le grincement strident du fer contre le carrelage irrégulier de la rédaction, Karen, Bob, Joel et les autres gardaient les yeux fixés sur leurs tâches respectives, ne laissant transparaitre aucune once de regret ou de culpabilité.

Il plaça la chaise face à son bureau, puis en fit le tour pour s’installer sur la sienne, dans un profond soupir dramatique. Il avait des choses à faire. Plein. Plusieurs de ses articles étaient en cours de rédaction, et il avait probablement une quinzaine d’appels à passer aujourd’hui. Mais plutôt que de se mettre au travail, il plaça méthodiquement ses pieds sur le bureau et sirota le fond de sa tasse de café, avalant par inadvertance un peu de marc en grimaçant. Il était contractuellement obligé d’accepter sa mission de tuteur, mais rien ne l’obligeait à avoir l’air enthousiasmé par cette perspective.

Lorsque Mr. Murphy se planta enfin devant son bureau, trois quart d’heures plus tard, Jimmy feuilletait un magasine d’un air habité. Le jeune homme leva son index sans décrocher de sa lecture : attends une seconde que je termine la lecture de ce passionnant exposé sur les trois façons de dire à ce garçon qu’il te plait, Phil. Personne ne savait pourquoi le rédacteur en chef n’avait pas encore viré Jimmy, après toutes ces années. Celui-ci n’avait que rarement exprimé de l’attachement à son poste, d’ailleurs. Phil lui arracha finalement la revue des mains, forçant Jimmy à faire face à son nouveau protégé. Le rédacteur en chef, qui n’avait manifestement aucune envie de s’attarder, offrit une petite tape sur l’épaule de la jeune recrue.
Bon courage, mon p’tit, qu’il semblait vouloir dire. Jimmy désigna la chaise face à lui, invitant le jeune homme à s’y assoir, en levant les sourcils d’un air agréablement surpris. Le jeune homme qui se tenait face à lui n’arborait aucune cravate ; juste une chemise mal repassée. C’était suffisamment inhabituel à la rédaction du Pepin News Journal pour être noté. Hormis Gordon, un vieil extravagant qui portait un noeud papillon, Jim était le seul homme du local à ne pas en porter. Un des deux seuls, à présent. Alors qu’il continuait à le détailler, il lui tendit la main : « Bienvenue, moi c’est Jimmy. » et s’empressa d’ajouter, avec un air suspicieux : « J’espère que t’es pas là pour changer le monde. » Autant mettre les points sur les i d’entrée de jeu.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://blackwood.forumactif.com/t401-we-tried-the-world-good-god-it-wasn-t-for-us-o-jimmy http://blackwood.forumactif.com/t410-shithead-with-press-credentials-o-jimmy
avatar
Elvis "Jazzy" Baker
community member ✩ regular citizen

Messages : 237
Crédit : h0neyy
Occupation : diplômé en recherche d'emploi, plongeur au diner de Blackwood
Réputation : « mais oui, c'est l'aîné Baker, le fils de la folle. Evidemment qu'il est comme sa mère, ce ne serait pas un Baker sinon...»

MessageSujet: Re: hopeful youth make me sick / elvis   Mar 6 Mar - 21:58

Un stage. Un putain de stage, comme un gamin de quinze ans. Il avait réussi à avoir un stage, mais pas un boulot au Pepin News. Il se sentait ridicule et pathétique, mais il devait accepter le peu qu'on lui offrait. C'était déjà un pas dans l'entreprise, et peut-être qu'avec le temps, il lâcherait son job de plongeur au diner des Wilcox. En attendant, il se contenterait de peu. Il ne savait pas comment s'habiller, et il n'avait pas fait de machine depuis un moment. Le choix d'une chemise mal repassée était la meilleure option car le reste puait l'humidité et la transpiration. Une paire de pompe classique, son bonnet sur le crâne et sa veste en cuir, il décolla avec sa moto dans un bruit tonitruant.

Chaque jour était un nouveau dans la vie d'Elvis, et il espérait que cette fois, il pourrait s'investir. Les stages qu'il avait fait ne se rapprochaient même pas de l'expérience qu'il pourrait acquérir en bossant pour le Pepin News Journal. Il était confiant et plein d'ambition et il espérait que son mentor pour le stage lui apporte les clefs et les moyens d'évoluer dans cet univers qu'il connait si peu.

Il ouvrit les portes de l'entreprise avec envie mais toujours dans la nonchalance dont il était connu pour. Il s'assit sur une chaise, on lui indiqua un temps d'attente et il était tout stressé, comme un gamin. Un putain de stage, mais un pas quelque part au moins.
Il se leva d'un bond en voyant un homme moustachu, un blond un peu canon mais dont il tairait cette information, s'approcher de lui. Il lui tendit la main mais il déchanta rapidement en entendant ce que ce Jimmy lui annonça. Changer le monde ? Peut-être pas. Mais faire bouger les choses, oui, il l'espérait au plus haut point. « Enchanté, Jazzy Baker. » Autant se présenter en tant que Jazzy et pas en Elvis. C'était trop ridicule, voire sujet à moquerie. « Je peux commencer à faire quelque chose ? J'ai une tonne d'idée, j'ai déjà buché sur des investigations, sur des faits divers plus ou moins léger. » Il était excité comme une puce.

Spoiler:
 

_________________
the ice from my bones ,
we lay down in the riverbed, rest in the silhouettes our fathers and mothers laid before, restless souls in the desert sand, dream of another land that heroes and villians claimed before - ellem ›   

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://blackwood.forumactif.com/t337-there-s-a-bad-moon-on-the-rise-jazzy-baker http://blackwood.forumactif.com/t342-jazzy-fermer-les-yeux-face-aux-cieux-dans-lespoir-facetieux-de-recevoir-une-bise-ou-une-claque
avatar
Jimmy Wolfe
Shithead with Press Credentials

Shithead with Press Credentials
Messages : 265
Crédit : Hallows.


Occupation : Journaliste au Pepin News Journal. Tout le monde se demande bien comment il est parvenu à obtenir (et surtout à conserver) son poste.
Réputation : Jim restera probablement toujours Jimmy-the-stoner du lycée. Il ne fait pas grand chose pour remédier à cette image, d'ailleurs… vous avez vu sa tête, dernièrement?

MessageSujet: Re: hopeful youth make me sick / elvis   Dim 18 Mar - 19:19

Jazzy? Jimmy ne put s’empêcher de froncer légèrement les sourcils. Quel parent pouvait être assez allumé pour- oh. Il réalisa qu’il avait devant lui un des enfants du couple de libraires de Blackwood, les Bakers. Si le père ne faisait pas trop de vagues dans la petite communauté, Mary Baker était connue pour être la folle du village : quoi que femme tout à fait respectable, elle échangeait avec qui voulait bien l’écouter sur ses théories quant aux formes de vies extra-terrestres qui, soit-disant, avaient un intérêt particulier pour leur petite ville. Jimmy se souvenait bien d’elle : suite à un étrange accident de voiture, il avait dû accompagner un collègue qui l’avait interviewé, il y a de cela plusieurs années, lorsqu’il faisait ses débuts à la rédaction. En se remémorant cet article, Jimmy aurait pu jurer qu’il n’y avait pas de Jazzy parmi les enfants Baker - c’est lui qui avait eu la charge de rédiger l’entête dudit article, comportant les noms et prénoms de toute la famille impliquée dans l’accident. Note pour moi-même : découvrir le vrai prénom de ce gamin. Compte tenu de l’excentricité de la mère, ça devait sûrement être un truc réjouissant.

Le jeune homme avait l’air très pressé de se mettre à travailler, ce qui contrariait Jimmy. Si Jazzy se mettait à travailler en face de lui à son bureau - puisque Phil n’avait pas encore trouvé de solution pour placer le stagiaire ailleurs, Jimmy allait devoir lui aussi s’y mettre, ou faire semblant. Et il était bien trop tôt dans la journée pour ces choses-là.
« Eh, du calme cowboy. » Même s’il ne l’aurait jamais admit devant son supérieur, il fallait reconnaitre que l’enthousiasme du petit nouveau avait quelque chose de rafraichissant. Les bureaux du Pepin News était l’endroit où les rêves venaient faner. Il s’agissait d’une rédaction sérieuse, donc les nouveaux venus, pleins d’ambition, ne s’en rendaient pas compte tout de suite ; pourtant, si on prenait le temps d’observer un peu ses collègues, tous avaient la mine de ceux qui ont abandonné. Qui viennent faire un boulot propre et sérieux, mais qui ne croient plus en le pouvoir du journalisme depuis bien longtemps. Pour éviter une désillusion trop rapide, Jimmy décida qu’un petit tour du propriétaire était une bien meilleure façon de s’acclimater, pour un premier jour. « Suis-moi, je vais te montrer là où la magie opère. » Jazzy sur ses talons, il serpenta entre les bureaux des autres rédacteurs, conscients que le jeune homme derrière lui s’attendait sûrement à découvrir la maquette du prochain numéro, ou le labo photo. A la place, il se glissa dans une minuscule cuisine qui ne contenait qu’un évier, un micro-onde et… trois cafetières. Jimmy s’aventura à toucher un des récipients en verre ; il était brûlant, le café devait être fraichement coulé. Sans s’inquiéter de savoir si un de ses collègues l’avait préparé pour lui, le journaliste sorti deux mugs d’un placard et les remplit de liquide brûlant. « Sucre? Lait? Oh- Karen a de nouveau ramené des brownies! » Il empoigna une portion et n’attendit pas pour croquer dedans. Il savait que tout ce petit manège allait semer la confusion chez Jazzy. Le déstabilier. Ou l’agaçer. Ou l’enthousiasmer. Jimmy attendait de savoir dans quel camp ce petit nouveau se trouverait.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://blackwood.forumactif.com/t401-we-tried-the-world-good-god-it-wasn-t-for-us-o-jimmy http://blackwood.forumactif.com/t410-shithead-with-press-credentials-o-jimmy

Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: hopeful youth make me sick / elvis   

Revenir en haut Aller en bas
 
hopeful youth make me sick / elvis
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Test: Premier make-up
» Mes différents make-up P3
» [Galerie des make-up de Trashy-Doll] Tatouage
» les make up made in Shana
» Mon premier make-up sur Mina (dollfie dream)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Moonage Daydream :: ✩ BLACKWOOD, WISCONSIN ✩ :: West Side :: Pepin News Journal-
Sauter vers: