AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 J'ai toute la nuit dans les veines - Elvis +18

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Nolan Darwin
community member ✩ regular citizen

Messages : 296
Crédit : cosmic light


Occupation : lycéen putain
Réputation : Le gosse qu'on a cru mort pendant 12 petites heures, qui a eu ce terrible accident. Le gosse dont on ne sait jamais s'il s'agit vraiment d'un mec ou d'une fille.

MessageSujet: J'ai toute la nuit dans les veines - Elvis +18   Lun 19 Fév - 18:57




“and i set fire to the rain” & Il est pas malheureux Nolan.
Il va juste moyennement bien.
Il a du mal à s'endormir, il pleut toujours un peu. Il a l'habitude, pourtant il aime la pluie, ce soir pas tant que ça. Il est allongé dans son lit, regarde tour à tour le plafond, le mur, la fenêtre de l'autre côté et le bureau en dessous. Il déteste ça, les insomnies, ça lui arrive trop souvent.
Il pense, à toute vitesse, à toute allure, ça va trop loin et trop vite, il se perd dans les méandres de ce qu'il déteste chez lui. Les réflexions trop profondes. Il n'aime pas penser, il préfère agir, marcher, pédaler, courir, crier, jouer, mais rester allongé, c'est au-delà de ses forces.
Il pense à Willie (les baisers, le sol froid, sa langue chaude, le néon qui grésille et son regard triste).
Il pense à Sasha (la main serrée, la bouteille de whiskey, la secrétaire, le néon qui grésille et son regard triste).
Il pense surtout à Elvis Presley. Il ferme les yeux. Il souffle, pour lui.
" But iiii, cannn't, heeeelp, falling in looove, wiiiith, youuu…" Ca fait une semaine qu'il a la chanson en tête c'est très chiant. Il ferme les yeux.
Soudainement, il a une illumination. Il se redresse. Il enfile un tee-shirt, un pull, un jean, il ferme doucement la porte de sa chambre. Puis il descend, dans la noir, regarde l'horloge du salon. Il est 3h33. Il enfile son imper jaune. Il prend la clé sur le meuble à chaussure, puis ouvre la porte, sort, la referme, attrape son vélo sur le porche, et puis s'élance, à toute allure, à travers la nuit.
Il pédale et sourit.
Parce qu'il ne pense plus, et c'est tout ce qu'il veut. La légère pluie lui fait du bien, le réveille et l'apaise. Il va plus vite, toujours plus vite, fait marcher toute la force de ses cuisses. Il sait où il va, mais il ne réfléchit pas, pas le moins du monde. Il traverse la route, dépasse le voisinage et arrive en ville. Le centre ville est éteint, il aperçoit juste une fenêtre ouverte, avec une légère lumière qui en émane. Il se demande pourquoi quelqu'un est debout cette nuit. Peut-être que ce sont des gens qui s'envoient en l'air, peut-être que c'est une insomnie, un devoir pas fini, une efficacité redoutable nocturne. Il dépasse la fenêtre, il arrive devant le diner. Il pleut un peu plus. Le diner ferme à 4h. Il jette un coup d'œil à l'intérieur, c'est vide à en crever. Il attache son vélo à l'extérieur, il entre, son cœur bat à toute allure. C'est vide, vide, vide, personne.
Puis, un gars sort de la cuisine. Nolan le fixe, sans un mot, sans écouter son cœur qui bat, il vient s'asseoir au bar, et le regarde droit dans les yeux. Il avait les cheveux humides la dernière fois qu'il l'a vu. Il dit juste :
" Yo." Il a toute l'émotion du monde au bout des doigts.

_________________

C'est moi le scandale, fatal, désigné. C'est moi ta morale, miss à mal, écrasée.




Dernière édition par Nolan Darwin le Ven 9 Mar - 0:18, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Elvis "Jazzy" Baker
community member ✩ regular citizen

Messages : 237
Crédit : h0neyy
Occupation : diplômé en recherche d'emploi, plongeur au diner de Blackwood
Réputation : « mais oui, c'est l'aîné Baker, le fils de la folle. Evidemment qu'il est comme sa mère, ce ne serait pas un Baker sinon...»

MessageSujet: Re: J'ai toute la nuit dans les veines - Elvis +18   Lun 19 Fév - 21:55


 

Toute la journée il avait foutu les mains dans la flotte. La population de Blackwood n'avait aucun endroit où se poser pour profiter de ce merveilleux temps -ironie. Alors ils s'étaient dit que le Millford's diner était un endroit merveilleux où les oiseaux chantaient et les tables brillaient. Mais les mains poisseuses pleines de crasse, les ongles noires et la transpiration sur le front, Jazzy frottait, frottait et frottait encore. Il en avait marre de ce boulot de merde mais il n'avait pas le choix, c'était le seul endroit où on avait accepté de le prendre, par son lien avec les Wilcox. Heureusement.

Il n'avait pas eu le temps de réfléchir à ce qu'il s'était passé au nouvel an, mais ce reminder de la tempête avait eu l'effet d'une petite bombe, légère, mais suffisamment efficace pour qu'il ne pense qu'à ça. Il espérait qu'il n'y ait pas encore de l'orage ce soir, trop d'angoisse à supporter sinon. En rangeant les derniers couverts et le dernier plat dans le placard, il changea de tenue dans le vestiaire. Il était le dernier dans le diner, Naya étant parti depuis un moment, Jazzy en avait profité pour manger un bout, la soeur de son meilleur ami lui avait gardé une assiette. Elle connaissait sa situation. Il s'approcha de la porte battante qu'il poussa avec ses fesses. Son amie avait laissé le poste radio allumé, le dernier morceau des Scorpions hurlait magnifiquement bien dans la pièce principale. « If we'd go agaiiiiin, all the way from the staaaart. » Il était seul, il adorait cette solitude car il pouvait être quelqu'un qu'il n'était pas, et chanter sans stresser qu'on l'écoute.

Il sursauta comme une gonzesse quand il entendit une voix l'interpeller. On l'avait entendu chanter. Il se retourna. « Désolé, on est ferm... » Et il s'arrêta net quand il vit le rayonnement autour de Nolan. Wow. Il le redécouvrait vraiment, sa beauté si olympienne. « Salut Meryl. » Autant jouer la carte de l'humour.

_________________
the ice from my bones ,
we lay down in the riverbed, rest in the silhouettes our fathers and mothers laid before, restless souls in the desert sand, dream of another land that heroes and villians claimed before - ellem ›   

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://blackwood.forumactif.com/t337-there-s-a-bad-moon-on-the-rise-jazzy-baker http://blackwood.forumactif.com/t342-jazzy-fermer-les-yeux-face-aux-cieux-dans-lespoir-facetieux-de-recevoir-une-bise-ou-une-claque
avatar
Nolan Darwin
community member ✩ regular citizen

Messages : 296
Crédit : cosmic light


Occupation : lycéen putain
Réputation : Le gosse qu'on a cru mort pendant 12 petites heures, qui a eu ce terrible accident. Le gosse dont on ne sait jamais s'il s'agit vraiment d'un mec ou d'une fille.

MessageSujet: Re: J'ai toute la nuit dans les veines - Elvis +18   Lun 19 Fév - 23:58




“and i set fire to the rain” & Il a déjà entendu la chanson qui passe à la radio plusieurs fois. Il l'aime bien, il ne l'a pas achetée cependant, il sait pas pourquoi. Il se dit qu'il pourra pas l'écouter de nouveau sans penser à Elvis, ce qui est très embêtant, parce qu'il n'est pas certain de le revoir un jour, après cette nuit. Le serveur la chante, cette chanson. Il chante pas mal en vrai, pas incroyablement bien, mais pas mal, c'est sûr. C'est bizarre. De le voir un peu libéré comme ça, à chanter sans faire gaffe.
Pendant un instant, il a une vision du vrai Jazzy que personne ne connait sans doute.
Mais qu'est-ce qu'il en sait ...
Il le regarde, y'a des néons rouges derrière le bar, et puis la pluie qui tombe, et en soit, une ambiance étrange. Douce. Elvis est doux, sans doute, et paumé, aussi, mais tout le monde l'est. Tout le monde arrive et vit sa vie à Blackwood comme s'il était perdu, Elvis ne diverge pas.
En fait il sait pas pourquoi il pense ça.
Il en sait rien, il connait pas Elvis, il le connait pas, il l'a juste pompé une fois, en soirée, parce que c'était l'ambiance, parce qu'il était bourré, parce qu'il voulait lui faire du bien. Et rien que d'y repenser, il se sent bien, et gêné, et heureux, un peu fier aussi, mais aussi perdu. Ca fait beaucoup, beaucoup trop pour un ado perdu dans sa vie.
Alors il se contente de le regarder derrière ses néons rouges. Il a vraiment un visage très beau. Un air supérieur, pas condescendant. Un air révolté aussi. Il voudrait lui dire, mais ils ne sont plus bourrés, il ne sait pas ce qu'il a le droit de dire et de ne pas dire. Ce qu'il répond fait sourire Nolan, qui est toujours trempé, avec son vieux ciré jaune. Il se sent bête, et moche, et stupide d'avoir dit ça. Il pose ses coudes sur le bar.
" Je ressemble toujours pas à une meuf, maintenant qu't'es plus bourré ? " Et il s'avance un peu, approchant son visage. Mais faut pas se leurrer, il est encore loin.


_________________

C'est moi le scandale, fatal, désigné. C'est moi ta morale, miss à mal, écrasée.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Elvis "Jazzy" Baker
community member ✩ regular citizen

Messages : 237
Crédit : h0neyy
Occupation : diplômé en recherche d'emploi, plongeur au diner de Blackwood
Réputation : « mais oui, c'est l'aîné Baker, le fils de la folle. Evidemment qu'il est comme sa mère, ce ne serait pas un Baker sinon...»

MessageSujet: Re: J'ai toute la nuit dans les veines - Elvis +18   Jeu 22 Fév - 18:49

Il ne s'était plus senti aussi petit que depuis qu'il avait vu Nolan la dernière fois. Il avait réussi à éviter les informations qui le mènerait à Blackwood, mais force est de constaster que Nolan résidait à Blackwood. Il était peu probable qu'ils se soient déjà vu, ils n'avaient pas le même âge, donc impossible pour eux de se rencontrer au lycée. Il ne savait pas s'il était soulagé ou pétrifié d'être dans une situation relativement incommodante. Alors il tenta de garder contenance et même un léger sourire pour donner le change mais il était bancale de l'arrivée fortuite de Nolan. En si peu de temps, il avait vieilli, il était beau comme un dieu, son petit nez et ses cheveux... mon dieu ses cheveux. Jazzy voulait les toucher, les laisser glisser sur son nez, entre ses doigts. Le regard un peu dans le vide, il était perdu dans un souvenir, un canapé sur lequel il avait embrassé un garçon pour la première fois, où il avait été lui-même, déshinibé de toute peur quand ses lèvres avaient touché les siennes. Il regardait Nolan et il eut l'impression d'un coup d'adrénaline dans le sang qui ouvrait le monde des possibles. Les yeux vitreux, il oubliait où il était, ce qu'il faisait, il se sen... il secoua la tête rapidement et revint à la réalité. « Hein ? » Une vraie gonzesse. Il avait très bien entendu la question mais il fallait qu'il se reconcentre.

« On m'a dit que j'étais pédé alors bon. J'imagine que non. » Il souria franchement, le bonnet qu'il enfilait sur sa tête. Il ne le quitterait pour rien au monde, c'était le bonnet caché. Il se rassurait dessous et se cachait de tous en l'enfilant. « Je te manquais ? Tu fais quoi ici ? » Quel question con.

_________________
the ice from my bones ,
we lay down in the riverbed, rest in the silhouettes our fathers and mothers laid before, restless souls in the desert sand, dream of another land that heroes and villians claimed before - ellem ›   

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://blackwood.forumactif.com/t337-there-s-a-bad-moon-on-the-rise-jazzy-baker http://blackwood.forumactif.com/t342-jazzy-fermer-les-yeux-face-aux-cieux-dans-lespoir-facetieux-de-recevoir-une-bise-ou-une-claque
avatar
Nolan Darwin
community member ✩ regular citizen

Messages : 296
Crédit : cosmic light


Occupation : lycéen putain
Réputation : Le gosse qu'on a cru mort pendant 12 petites heures, qui a eu ce terrible accident. Le gosse dont on ne sait jamais s'il s'agit vraiment d'un mec ou d'une fille.

MessageSujet: Re: J'ai toute la nuit dans les veines - Elvis +18   Jeu 22 Fév - 20:58




“and i set fire to the rain” & La chanson résonne assez fort dans le diner. Ca va bientôt arriver au refrain, va falloir qu'il se retienne de chanter. Du coup, comme si ça allait l'aider, il plante son regard dans celui d'Elvis. C'est une bouée de sauvetage. Une bouée de sauvetage, une ancre aussi, et une bombe à retardement. Ca va lui exploser entre les yeux. Il pourrait détailler chacun de ses mèches de cheveux, sous son bonnet. Il n'avait pas fait gaffe, mais ça lui va bien. Il pourrait détailler les grains de beauté. Il pourrait tout voir, tout et rien sans doute. Elvis n'a pourtant pas l'air confiant, mais il l'intimide. Parce qu'il est plus vieux, parce qu'il a un taffe. Parce qu'il est plus imposant, tout simplement. Pas très dur de faire plus imposant que Nolan me direz-vous, c'est vrai.
Il est frigorifié d'un coup, ses cheveux mouillés le gèlent sur place.
Effectivement il est pédé, enfin au moins à moitié, ce qui fait sourire Nolan, qui ne dit rien sur le coup. Elvis le fait sourire. Il n'est pas forcément pédé, il peut être bi, il peut être plein de trucs. Il peut juste aimer la bouche de Nolan, c'est pas impossible.
Puis vient la question qui fait mal (qu'évidemment, il ne peut pas renvoyer, qu'est-ce que tu fous là Elvis, bah tu taffes, obviously). Il le fixe, comme si la réponse allait sortir de ses yeux.
Il a envie de l'embrasser, tellement, tellement fort. Il regarde ses lèvres, comme si ça allait l'aider,
et, fixant sa bouche, il répond :
"J'arrivais pas à dormir. J'ai des insomnies souvent, à cause de l'accident. " Wow, on s'en fout en fait. Il reporte son regard noir sur Elvis, en espérant que ça le fera chavirer (m'ouaif). " Et puis tu me dois un milkshake."


_________________

C'est moi le scandale, fatal, désigné. C'est moi ta morale, miss à mal, écrasée.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Elvis "Jazzy" Baker
community member ✩ regular citizen

Messages : 237
Crédit : h0neyy
Occupation : diplômé en recherche d'emploi, plongeur au diner de Blackwood
Réputation : « mais oui, c'est l'aîné Baker, le fils de la folle. Evidemment qu'il est comme sa mère, ce ne serait pas un Baker sinon...»

MessageSujet: Re: J'ai toute la nuit dans les veines - Elvis +18   Jeu 22 Fév - 22:38

C'était une expérience hors du commun. De comprendre qu'une personne pouvait tout chambouler dans votre vie en une fraction de seconde. Jazzy se retrouvait rattaché à Nolan, plein de petites cordes qui partait du centre de son corps pour s'accrocher à toutes les parcelles d'âme du beau brun aux cheveux humides, goutelettes sur le sol du diner qu'il devrait nettoyer plus tard. Elvis se sentait mourir un peu dans les yeux de Nolan. Tout l'attirait vers lui, chaque respiration lui brûlait la peau, des petites aiguilles qui piquaient, qui faisaient mal mais il ne savait pas qu'il était un peu masochiste.

Il n'avait pas le droit de rester dans le diner après l'heure de fermeture, mais il pourrait négocier avec les Wilcox, en espérant que Naya soit de son côté. Ou Paco. Surtout Paco. Il songea un instant à la soeur de ce dernier. Ce qu'elle penserait, ce qu'Elvis voulait. Il avait trop d'affection pour elle, trop d'amour, il était certain de la briser. Il ne savait pas, ne la connaissait pas assez pour être sûr qu'elle encaisse. Mais Nolan en face de lui essouffler tous les doutes. Il avait envie de lui proposer de dormir avec lui pour calmer ses insomnies, de le rassurer, de lui caresser ses cicatrices pour qu'elles ne brûlent plus mais qu'elles chatouillent. Mais il ne pouvait pas dire ça. C'était impossible. « Ca m'arrive souvent. Je dors avec une lumière pour calmer tout ça. » Mais pourquoi il lui disait ça lui ? Il montrait des faiblesses, mais Nolan était fort pour ça. Tss. Il sourit en entendant la demande du milk-shake. Il se mit derrière le bar et ouvrit le frigo. « J'suis pas sûr de pouvoir faire celui au spaghetti, tu sais. C'est pas un goût souvent réclamé. » Il prit un tablier qu'il mit autour de sa taille. Il n'allait pas salir son pantalon. Jazzy récupéra le lait et attendit une réponse de Nolan. « Choisis une saveur, j'te fais le milk shake de ta vie. »

Un baiser. C'est tout ce qu'il voulait en fait.

_________________
the ice from my bones ,
we lay down in the riverbed, rest in the silhouettes our fathers and mothers laid before, restless souls in the desert sand, dream of another land that heroes and villians claimed before - ellem ›   

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://blackwood.forumactif.com/t337-there-s-a-bad-moon-on-the-rise-jazzy-baker http://blackwood.forumactif.com/t342-jazzy-fermer-les-yeux-face-aux-cieux-dans-lespoir-facetieux-de-recevoir-une-bise-ou-une-claque
avatar
Nolan Darwin
community member ✩ regular citizen

Messages : 296
Crédit : cosmic light


Occupation : lycéen putain
Réputation : Le gosse qu'on a cru mort pendant 12 petites heures, qui a eu ce terrible accident. Le gosse dont on ne sait jamais s'il s'agit vraiment d'un mec ou d'une fille.

MessageSujet: Re: J'ai toute la nuit dans les veines - Elvis +18   Jeu 22 Fév - 23:11




“and i set fire to the rain” & La chanson continue, lentement, elle fait son chemin, ils font le leur. Il a froid, terriblement froid, c'est de pire en pire. Vraiment de pire en pire. Alors il regarde Elvis, c'est tout ce qui suffit à le réchauffer, jusqu'ici ça marche. Il pense pas à son coeur, juste au corps de l'autre, et ça marche, ça marche vraiment bien.
Elvis est gentils, il balance qu'il dort avec une lumière, un peu comme les enfants, et ça fait sourire Nolan. Il répond, tout doucement :
" T'as peur du noir ?" C'est une vraie question, pas une moquerie. Regard à l'appui, amusé, mais aussi bienveillant. Nolan ne veut de mal à personne, de toute façon il serait bien incapable de blesser qui que ce soit. Puis Elvis ouvre le frigo, il sort des trucs, Nolan appuie ses deux coudes, en croisant les bras sur le bar. Il le regarde faire, et mettre un tablier avec toute l'élégance du monde. Elvis ne s'en rend certainement pas compte, il est terriblement gracieux, lorsque ses doigts, au ralentit, viennent nouer le tablier dans son dos. Il se retourne, et il est beau, avec son tablier et son bonnet. Nolan appuie son menton dans sa main, relevée. " Le milk-shake de ma vie..." Il sourit, il le regarde droit dans les yeux. Il sait pas s'il lui fait de l'effet, mais il a envie. Il a envie de lui faire perdre ses moyens, d'avoir de l'influence. " Fraise." C'est le refrain. Il ferme les yeux, se relève.
Il enlève son ciré jaune avec théâtralité, comme s'il était sur une scène de concert. Puis, il se met à chanter :
" I'D GOOO AGAINNNN, ALL THE WAY FROM THE STAAAART, I WIIL TRYYY TO CHANNNGE, THINGS THAT KILLED OUR LOOOVE !" Il sourit, il le regarde, il fait un tour sur lui même, comme s'il était vraiment dans un stade, rempli d'admirateurs, une foule en délire venue acclamée Nolan Darwin, le pédé.  " Your pride has buuuuilt a wall, so stronnng that I can't get throuuuuugh ! Is there really no channnnce... to start once againnnnn ?" Il redresse son visage, grand sourire à l'appui. Et il le fixe, il claque : " I'M STILL LOVINNG YOUUUUUUUHOUHOUUUUU !"


_________________

C'est moi le scandale, fatal, désigné. C'est moi ta morale, miss à mal, écrasée.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Elvis "Jazzy" Baker
community member ✩ regular citizen

Messages : 237
Crédit : h0neyy
Occupation : diplômé en recherche d'emploi, plongeur au diner de Blackwood
Réputation : « mais oui, c'est l'aîné Baker, le fils de la folle. Evidemment qu'il est comme sa mère, ce ne serait pas un Baker sinon...»

MessageSujet: Re: J'ai toute la nuit dans les veines - Elvis +18   Ven 23 Fév - 17:00

Tout en cherchant les fraises fraiches qui se trouvait sous le bar, il prit le yaourt brassé au lait d'amande, un peu de sucre et une gousse de vanille qu'il écrasa sur le bord du bar en acier. Il mit le tout dans un mixeur qu'il démarra dans un tonnerre affreux qui cassait l'ambiance dans le diner. Il mit le tout dans un grand verre, de la crème fouettée, une paille et le posa sur le bar mais soudain, il entendit Nolan chanter et se mettre à danser sur les paroles de still lovin' you. Bizarrement, les paroles signifiaient beaucoup trop de chose et il adorait voir Nolan se lâcher face à lui. C'est pas Elvis qui aurait été capable d'une telle prouesse, mais il appuya ses bras sur l'acier et se mit à boire à la paille du milk shake sans s'en rendre compte. Il admirait la non-grâce de Nolan et leva le milk shake en l'air pour scander. « NO-LAN, NO-LAN, NO-LAN. »

Mais la dernière phrase de la chanson qu'il prononça plongé dans un regard sans fin au fond des yeux de Jazzy, Nolan fit basculer ce dernier. Viens on s'embrasse. Non, non, non. Jazzy, calmos. Tout l'attirait. Mais il devait garder sa fierté au dessus de sa tête, elle le maintenait en vie depuis tant d'année. « Quel star ! » Et il donna l'illusion d'un sous vêtement jeté sur scène en enlevant son bonnet pour le jeter à la figure de Nolan, presque comme une groupie pour l'idole de sa vie. Il se mit à rire de bon coeur et fit le tour du bar pour amener le milk shake directement à la bouche de Nolan, sans récupérer son bonnet. C'était presque un geste de dévotion. Il ferma sa gueule pour éviter de rendre les choses gênantes.

« Bois. Je t'ai dis. C'est le milk shake de ta vie. Tu risques de t'en rappeler dans dix ans. » Tout était dans le dosage. La texture, le goût, le parfum. Tout était millimétré pour être merveilleusement bon.

_________________
the ice from my bones ,
we lay down in the riverbed, rest in the silhouettes our fathers and mothers laid before, restless souls in the desert sand, dream of another land that heroes and villians claimed before - ellem ›   

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://blackwood.forumactif.com/t337-there-s-a-bad-moon-on-the-rise-jazzy-baker http://blackwood.forumactif.com/t342-jazzy-fermer-les-yeux-face-aux-cieux-dans-lespoir-facetieux-de-recevoir-une-bise-ou-une-claque
avatar
Nolan Darwin
community member ✩ regular citizen

Messages : 296
Crédit : cosmic light


Occupation : lycéen putain
Réputation : Le gosse qu'on a cru mort pendant 12 petites heures, qui a eu ce terrible accident. Le gosse dont on ne sait jamais s'il s'agit vraiment d'un mec ou d'une fille.

MessageSujet: Re: J'ai toute la nuit dans les veines - Elvis +18   Ven 23 Fév - 23:22




“and i set fire to the rain” & Il sait pas ce qu'il a, la chanson le transporte, l'emporte et le déporte au loin. Il n'est plus au diner, plus avec Elvis, il est dans son monde de son clairs et purs, bien marqués. Il est dans son monde de gestes bancals, sans réelle technique ni grâce, mais avec une magie qui lui est propre (il ne le sait pas, Elvis n'a d'yeux que pour lui). Il s'imagine sur une scène, et ouai.
Elvis joue la groupie, ce qui flanque un grand sourire aux lèvres de Nolan. Ce dernier balance les derniers mots, les dernières notes du refrain, en sans se rendre compte de la connotation. Il s'en fout tellement. Il le regarde, il le trouve encore plus beau quand il sourit et quand il scande son nom, étrangement. Il voudrait l'entendre scandé autrement. Au creux d'une oreille ou en un cri. Mais ça lui suffit, qu'est-ce qu'il peut attendre d'autre d'un mec. Il rattrape son bonnet au vol, s'en amuse en revenant s'asseoir. Il n'a plus envie de dormir, mais il a toujours froid, ses cheveux gouttent maintenant contre son pull vert. Il enfile le bonnet sans réfléchir, il est certain qu'il a une tête de con avec, mais il s'en fout. Il va bien, il va mieux, Elvis est magique.
Il le regarde contourner le bar, avec une certaine fluidité (celle des barman et des serveurs, qui est la même, une aisance en société). Il l'écoute, il le regarde se poser contre le bar, à côté de lui, tandis que Nolan a repris place sur son haut tabouret. Il attrape le verre, en lui jetant un regard amusé. Il l'écoute attentivement, il le vend bien. Il fronce les sourcils, et puis il dit, doucement :
" Je t'ai pas dit, j'aime pas les milk-shake." Il lui sourit un peu plus, et il en prend une gorgée.
Et c'est étrangement très bon. Il fixe le liquide rose. Savoure, reprend une autre gorgée. Il a soif d'un coup, c'est le refrain qui l'a épuisé. Il aime bien, il aime vraiment bien, c'est bizarre. Il jette un regard à Elvis. Il fait tout oublier, il créer leur bulle autour d'eux si vite. Plus rien ne compte. Il souffle :
" T'es magique."


_________________

C'est moi le scandale, fatal, désigné. C'est moi ta morale, miss à mal, écrasée.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Elvis "Jazzy" Baker
community member ✩ regular citizen

Messages : 237
Crédit : h0neyy
Occupation : diplômé en recherche d'emploi, plongeur au diner de Blackwood
Réputation : « mais oui, c'est l'aîné Baker, le fils de la folle. Evidemment qu'il est comme sa mère, ce ne serait pas un Baker sinon...»

MessageSujet: Re: J'ai toute la nuit dans les veines - Elvis +18   Dim 25 Fév - 21:54

C'était naturel de parler avec Nolan. Une fluidité des mots qui sortaient de sa bouche, comme une facilité absurde. Un plaisir absolu et il avait l'impression d'être autre part, pas au boulot, pas après ce soir chargé où il avait prit l'eau à plusieurs reprises, où il avait cotoyé à nouveau Naya, mal à l'aise suite aux évènements qu s'étaient produit avec elle. Paco n'avait toujours pas idée de ce qu'il s'était passé, mais ça ne saurait tarder. Blackwood était une petite ville, les ragots allaient bon train et il savait pertinement que s'il ne le disait pas à Paco lui-même, il risquait de se prendre la foudre un jour ou l'autre.

Mais Nolan était en face de lui, beau, un dieu, un garçon si jeune. Il le laisse goûter au milk shake qu'il a préparé avec attention, mais ce dernier n'aime pas les milk shake. Surpris, Jazzy fronce les sourcils pour témoigner de son mécontentement. Mais Nolan a l'air d'aimer et d'apprécier. Tant mieux. Le bonnet lui va bien, bien mieux qu'à lui en fait. Il apprécie de le voir porter un peu son précieux sur la tête, et ça lui donne un air encore plus enfantin. « Comme ça, tu habites à Blackwood ? C'est curieux, moi aussi. » Il était bien plus heureux qu'il ne le laissait transparaitre. Ca voulait dire qu'il reverrait Nolan. Surement. Probablement. Peut-être. Espère-t-il. Il met ses mains autour de celle de Nolan. Ses doigts étaient glacés et il prit la paille entre ses lèvres pour boire une gorgée de ce plaisir lactée. Il adorait les milk shakes, il pourrait en boire tous les jours jusqu'à se noyer dans le lait. Il serrait les mains de Nolan pour tenter de le réchauffer. Il grelottait. Sa main droite se glissa sur la joue de Nolan, et Jazzy ne regardait que le trajet de sa main. Il alla vers ses cheveux, puis redescendit vers sa joue, son cou. « Abracadabra. » Les doigts de Jazzy s'approcha de la nuque de Nolan, pour y sentir les cicatrices. A l'avenir, Jazzy voulait qu'elles chatouillent. Non plus qu'elles brûlent. A l'avenir ? Quel avenir ?

_________________
the ice from my bones ,
we lay down in the riverbed, rest in the silhouettes our fathers and mothers laid before, restless souls in the desert sand, dream of another land that heroes and villians claimed before - ellem ›   

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://blackwood.forumactif.com/t337-there-s-a-bad-moon-on-the-rise-jazzy-baker http://blackwood.forumactif.com/t342-jazzy-fermer-les-yeux-face-aux-cieux-dans-lespoir-facetieux-de-recevoir-une-bise-ou-une-claque
avatar
Nolan Darwin
community member ✩ regular citizen

Messages : 296
Crédit : cosmic light


Occupation : lycéen putain
Réputation : Le gosse qu'on a cru mort pendant 12 petites heures, qui a eu ce terrible accident. Le gosse dont on ne sait jamais s'il s'agit vraiment d'un mec ou d'une fille.

MessageSujet: Re: J'ai toute la nuit dans les veines - Elvis +18   Dim 25 Fév - 23:31




“and i set fire to the rain” & Plus le temps passe, plus il tremble. Parce qu'il est intimidé, parce qu'il a froid. Il devrait boire de l'alcool, pas un milk-shake, ça a bien fonctionné la dernière fois. Même un peu trop bien...
Il regarde Elvis, comme si ça allait l'aider à ne plus avoir froid.
Il peut pas s'empêcher de détailler, encore et encore, son visage. Il est fasciné par la régularité. Par le beauté, le charme étrange et magnétique qui s'en dégage. Est-ce qu'il en est conscient ? Tiens, c'est une bonne question, est-ce qu'il se rend compte, de l'image qu'il renvoie ? De la confiance un peu brute, de l'impassibilité. Il est intouchable, il a pas l'air ébranlé du tout. Nolan devine que c'est faux, pourtant il renvoie l'image d'un type absolument invincible. Et ça lui va bien, c'est de ça dont Nolan a
besoin.
Besoin de rien, ni de personne.
Et quand Elvis prend ses mains, en fait si, il se dit qu'il a un peu besoin de la chaleur de ses mains quand même.
Son coeur s'arrête de battre, il en est certain. Il le fixe droit dans les yeux. Il se monte la tête, il va rien se passer.
Rien.
Elvis dit un truc sur Blackwood, Nolan hoche la tête, approuve en silence. Il est complètement subjugué par son contact, qui continue un peu, avec cette main étrange qui passe contre sa joue glacée. Il retient son souffle. Et ça passe dans sa nuque humide, nimbée de gouttelettes d'eau, contre ses cicatrices. Qu'est-ce qu'ils ont tous avec ses cicatrices...
C'est particulièrement sensible, il avait oublié. Il retient une inspiration qui s'arrête dans sa gorge, il ferme les yeux sous le contact et serre la main d'Elvis. Sa peau, à cet endroit, est si fine, c'est beaucoup plus sensible que toutes les autres parties de son corps. Il relâche sa respiration, le regarde. Il a toujours froid.
Il sait pas pourquoi, ce contact réveille un peu tout ce qu'il avait enfoui.
Ca réveille cette chambre plongée dans le noir, avec une lumière orangée, dans le coin de la pièce. Ca réveille le corps d'Elvis totalement nu, ses mains dans les cheveux de Nolan, et la bouche de ce dernier glissant sur son corps. Ca réveille les gémissement de plaisir d'Elvis, étouffés par l'alcool.
Ca réveille le plaisir.
You got the boom-boom into my heart. Ca lui revient aussi, cette pipe, totalement gratuite.
Putain il a sucé un mec, il a sucé ce mec.
C'est pas qu'il avait oublié, c'est qu'il avait décidé de ne plus y penser.
C'est trop étrange, c'est la 4ème dimension.
Il a envie de tout refaire une nouvelle fois. Il le regarde, toute son attention est focalisée sur sa main dans sa nuque.
Il ne réfléchit pas. Il ne sait plus comment faire. Elvis lui fait perdre tous ses moyens.
Il se rapproche un peu, il fixe son visage. Il passe le pouce sur son sourcil, qu'il lisse doucement. Il a le coeur qui bat à la chamade. Il a la main gelée, il le sait, et elle tremble aussi, de froid. Cette main vient glisser jusqu'à sa tempe, il rapproche son indexe de son oeil droit, et ses yeux se ferment. Il vient lisser sa paupière. Il a cessé de réfléchir. Puis son pouce descend encore, lentement. Il a le coeur qui bat à la chamade lorsqu'il vient caresser sa lèvre inférieur. Lorsque de son doigt, il vient contempler la douceur de cette lèvre rose.

Il est bien loin de Blackwood.




_________________

C'est moi le scandale, fatal, désigné. C'est moi ta morale, miss à mal, écrasée.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Elvis "Jazzy" Baker
community member ✩ regular citizen

Messages : 237
Crédit : h0neyy
Occupation : diplômé en recherche d'emploi, plongeur au diner de Blackwood
Réputation : « mais oui, c'est l'aîné Baker, le fils de la folle. Evidemment qu'il est comme sa mère, ce ne serait pas un Baker sinon...»

MessageSujet: Re: J'ai toute la nuit dans les veines - Elvis +18   Ven 2 Mar - 22:02

Tout ce qu'il s'était passé avant ce moment était une brève illusion et l'avenir était un peu flou, un être mystérieux, incertain qui ne laissait rien présager de bon. Elvis avançait dans le noir mais il était confiant sur sa démarche. Ce n'était plus vraiment un problème, même si assumer ce que le futur offre n'était pas un de ses projets. Heureusement que Nolan était là pour lui remettre un peu les pieds sur Terre et il adorait la jeunesse qu'il pouvait lire dans ses traits. Il était pas bien vieux Jazzy, mais il était au quart de sa vie, et le temps filait à une vitesse folle.

Il s'emballait peut-être mais ce qu'il vivait là, c'était profond et vrai. Réel en fait. Nolan rendait les choses simples, et le naturel lui foutait une claque au visage à chaque fois qu'il parlait avec lui. Il était bien dans ses pompes Elvis, mais seulement quand il était en présence de Nolan. Et ça ne faisait que deux fois qu'il passait un moment avec lui. Le bout des doigts de ce dernier lui frôlait la peau du visage en laissant la trace brûlante d'un baiser qu'il volerait. La main libre de Jazzy s'aventura le bras de Nolan, son épaule et ses muscles secs. Ils étaient pareils physiquement, et ils se complétaient parfaitement.

Jazzy avait besoin de sentir la peau de Nolan, c'était vital. Le coeur tachycarde, Elvis se pencha vers Nolan, la main sur sa hanche. Le tee shirt trempé de ce dernier rendait sa peau parsemé de petits piques couleur chair, le froid donnait une emprise trop sensuelle sur la peau de Nolan. Mais Jazzy ne put plus résister et il attrapa les lèvres du garçon entre les siennes, comme si c'était la première fois. L'espoir.

_________________
the ice from my bones ,
we lay down in the riverbed, rest in the silhouettes our fathers and mothers laid before, restless souls in the desert sand, dream of another land that heroes and villians claimed before - ellem ›   

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://blackwood.forumactif.com/t337-there-s-a-bad-moon-on-the-rise-jazzy-baker http://blackwood.forumactif.com/t342-jazzy-fermer-les-yeux-face-aux-cieux-dans-lespoir-facetieux-de-recevoir-une-bise-ou-une-claque
avatar
Nolan Darwin
community member ✩ regular citizen

Messages : 296
Crédit : cosmic light


Occupation : lycéen putain
Réputation : Le gosse qu'on a cru mort pendant 12 petites heures, qui a eu ce terrible accident. Le gosse dont on ne sait jamais s'il s'agit vraiment d'un mec ou d'une fille.

MessageSujet: Re: J'ai toute la nuit dans les veines - Elvis +18   Sam 3 Mar - 1:02




“and i set fire to the rain” & Il réfléchit pas ...
Il est incapable de réfléchir, avec Elvis à ses côtés, avec son visage sublime et interdi, ses yeux sombres comme un délirium intense. Il réfléchit pas parce qu'il a pas besoin, parce que réfléchir c'est pour le monde réel, et parce qu'Elvis ne fait pas partie du monde réel.
Il fait partie des nuits.
Des nuits d'alcool, des nuits d'amour, des nuits de pluie, de chanson, de rire et de sourire.
Elvis fait partie d'une douce dimension, un spectre de sa vie qui n'existe pas au fond.
Un instant, alors que Nolan caresse sa lèvre, il se dit que peut-être qu'il n'existe que dans sa tête. Qu'il est le seul à pouvoir le voir, que ce n'est qu'une illusion, une projection de ce qu'il voudrait voir, le plus au monde. De ce qu'il aime, de ce qu'il
veut. Ce serait plus logique que lui, enfin attirer l'attention d'un mec.
Il veut Elvis, rien que pour lui, et son coeur bat vite, à toute vitesse, va tellement fort et tellement loin, juste en glissant un doigt sur sa bouche.
Il sent la main d'Elvis contre son coude, son biceps maigre, et puis son épaule, qu'il enserre.
Il y une douce tendresse entre eux, qui ne s'explique pas.
Nolan sent le souffle d'Elvis qui se cogne, qui ne sait plus quoi faire. Il voit son regard divaguer, il voit son monde s'effondrer d'un coup, dans ses yeux. Nolan est parcouru d'une vague de frissons.
Il n'a pas le temps de plus y penser, il le voit enserrer sa taille, il sent le monde qui s'écroule, il attend ses lèvres, de toute ses forces, il pourrait le supplier, si elle n'arrivait pas dans la seconde.
Il se rapproche, et il l'embrasse.
Il n'y a rien de chaste en eux.

Encore cette bulle, qui se forme autour d'eux. Encore l'univers qui explose en sensation, qui lui fout le feu aux reins, à la tête, au coeur, les jambes qui tremblent.

Nolan a froid, terriblement froid, alors il se redresse debout, vient se rapprocher du haut tabouret de bar d'Elvis, sans jamais quitter ses lèvres. Ses deux bras viennent enlacer sa nuque, alors qu'il le surplombe légèrement.
Et il approfondit le baiser. Il le rend lent, il le rend sensuel, non moins intense. Il ne veut pas de bestialité ou de rapidité. Il veut de la lenteur, de la profondeur sans douceur. Juste, comme s'il voulait prendre le temps de savourer chaque parcelle de sa bouche et de ses lèvres. Et puis, il le serre contre lui, malgré sa veste en jean humide, malgré son tee shirt humide. Il a toujours terriblement froid ouai, il s'en fiche, parce que Elvis le réchauffe. Et, alors que son univers explose autour de lui. Il trouve le courage de glisser, contre ses lèvres :
"Tu m'as manqué."
Et il ne ment pas.



_________________

C'est moi le scandale, fatal, désigné. C'est moi ta morale, miss à mal, écrasée.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Elvis "Jazzy" Baker
community member ✩ regular citizen

Messages : 237
Crédit : h0neyy
Occupation : diplômé en recherche d'emploi, plongeur au diner de Blackwood
Réputation : « mais oui, c'est l'aîné Baker, le fils de la folle. Evidemment qu'il est comme sa mère, ce ne serait pas un Baker sinon...»

MessageSujet: Re: J'ai toute la nuit dans les veines - Elvis +18   Lun 5 Mar - 19:38

Grace avait été l'amour de sa vie. Elle avait été le centre de son monde pendant quelques années et l'ancre la plus lourde à laquelle s'accrocher. Chaque jour à l'université se déroulait de la même façon : métro, école, Grace, métro, école, Grace. Il l'avait aimé de toutes ses forces et il avait eu de la merde dans les yeux au point de la tromper à tour de bras, par pure folie et détresse. Elle lui avait pardonné un nombre incalculable de fois, tentée de l'aider à travrs des thérapies, de l'amour ou du sexe. Mais il n'arrivait pas à remonter la pente et elle avait fini par partir loin de lui. Chaque pierre qu'elle avait réussi à détruire à coup d'amour et de tendresse était remonté une à une pour se reconstruire autour de l'enveloppe de Jazzy. Il n'avait plus été que l'ombre de lui-même, une étincelle parfois qui éclatait à la gueule de la personne en face, mais parfois, elle brillait.

Et il sentait que Nolan détruisait à travers ses baisers quelques briques par ci, par là, de ses caresses à son souffle, de ses mots à ses doigts. Nolan était magique, Elvis sentait qu'il pouvait se laisser aller pleinement. Il ne savait pas où ça le mènerait, ni même dans quelle merde il se retrouverait, mais il le faisait quand même. Les lèvres bleues de Nolan se réchauffaient au contact de celles de Jazzy, et il enserrait sa taille avec ardeur, envie, tendresse, désir et passion. Contre ses lèvres, il souffla. « J'ai pensé à toi. Souvent. » Aucun mensonge. Il avait trop pensé à Nolan, et c'est en le voyant débarquer dans le diner qu'il s'était rendu compte que ce n'était pas qu'en surface. Il ressentait la peau de Nolan à travers chacune de ses fibres et il adorait ce contact.

Il ne lâchait pas les lèvres de ce dernier, comme s'il pouvait disparaître. « T'es glacé, Nolan... » Il essayait tant bien que mal de le réchauffer, de donner du corps à ce baiser mais Jazzy ne voulait d'une passion, il voulait du calme.

_________________
the ice from my bones ,
we lay down in the riverbed, rest in the silhouettes our fathers and mothers laid before, restless souls in the desert sand, dream of another land that heroes and villians claimed before - ellem ›   

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://blackwood.forumactif.com/t337-there-s-a-bad-moon-on-the-rise-jazzy-baker http://blackwood.forumactif.com/t342-jazzy-fermer-les-yeux-face-aux-cieux-dans-lespoir-facetieux-de-recevoir-une-bise-ou-une-claque
avatar
Nolan Darwin
community member ✩ regular citizen

Messages : 296
Crédit : cosmic light


Occupation : lycéen putain
Réputation : Le gosse qu'on a cru mort pendant 12 petites heures, qui a eu ce terrible accident. Le gosse dont on ne sait jamais s'il s'agit vraiment d'un mec ou d'une fille.

MessageSujet: Re: J'ai toute la nuit dans les veines - Elvis +18   Mer 7 Mar - 0:07




“and i set fire to the rain” & Il a envie de lui chanter dans les oreilles, doucement, cette petite mélodie. But iiii, cannnn't, heeeeelp, but faaaalling innnn loooove, wiiiiith youuu... Il l'a perpétuellement dans la tête quand il est avec lui, quand il l'embrasse avec sensualité. Ce n'est pas si grave. Il s'appelle Elvis après tout, il l'a cherché. Il en veut plus de ses lèvres, il veut jamais les quitter, et il le serre contre lui. Il construit autour d'eux, un monde de sensations, de baisers, de tendresse étrange, de chansons alarmantes de niaiseries et de sonorités des années 50. Il se penche d'un pied à l'autre, il le garde serrer contre lui, alors qu'il le surplombe.
Il oublie ses parents, sa vie de merde qui l'attend chez lui. Il oublie la chute et les cicatrices, le frère surdoué, ses envies de suicides, il oublie tout.
Il a pensé à lui. Putain ça le fait sourire. Il ne l'avait pas oublié. Il peut pas s'empêcher de glisser, parce qu'il réfléchit pas avant d'parler :
" Pendant la tempête, la s'maine dernière, t'avais l'air de pas m'connaitre ..." Mais il s'en fiche du coup, il se contente de l'embrasser encore, de laisser ses lèvres se glisser sur les siennes. Il pourrait s'effondrer. Mais non, au lieu de ça, il écoute sa plainte, plutôt une inquiétude.
Ca lui rappelle son arrivée chez Willie.
Non, pense pas à Willie maintenant, t'es avec Elvis là.
Il sourit un peu; Et puis il glisse :
" Y'a qu'une solution pour plus avoir froid quand on porte des vêtements trempés." Il s'écarte un peu, se détache de ses lèvres. Ca le frappe en plein fouet, une autre chanson qui démarre. Sweet Dreams ... De Eurythmics ... Il sourit. Il enlève sa veste en rythme, en plantant son regard dans celui d'Elvis (Jazzy, il doit s'y connaitre en rythme). Il le fixe, avec un sourire, puis l'entement, il enlève son tee shirt, et enfin son pantalon. Il a toujours froid, mais un peu moi.
Il attrape ses cheveux, et il les enroule en un chignon mal fait.
Il sait pas pourquoi, c'est que ça a foutu Willie dans tous ses états, de voir sa cicatrice. Il imagine que là, d'un coup, Elvis va pouvoir voir la trainée de traces roses, claires, qui partent de sa nuque, parcourent sa clavicule, puis descendant jusqu'à ses côtes.
Nolan ça le fait sourire.
Il finit par enlever son caleçon, et puis il balance :
" Ca marche bof, j'ai toujours froid."



_________________

C'est moi le scandale, fatal, désigné. C'est moi ta morale, miss à mal, écrasée.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Elvis "Jazzy" Baker
community member ✩ regular citizen

Messages : 237
Crédit : h0neyy
Occupation : diplômé en recherche d'emploi, plongeur au diner de Blackwood
Réputation : « mais oui, c'est l'aîné Baker, le fils de la folle. Evidemment qu'il est comme sa mère, ce ne serait pas un Baker sinon...»

MessageSujet: Re: J'ai toute la nuit dans les veines - Elvis +18   Mer 7 Mar - 21:08

Comme une déferlante, les baisers de Nolan submergent Jazzy pour le noyer dans un torrent de tendresse humide et vibrant. Il se sentait vivant, revigoré. Nolan était ce genre d'être de lumière à vous faire pousser des ailes. Et il y avait de la noirceur en lui qui s'éclairait au contact de Jazzy, ce qui rendait ce dernier complètement dingue. Ses cheveux gouttaient encore sur le sol mais Elvis passait sa main dans les boucles brunes du garçon pour les glisser entre ses doigts. Il aimait ce contact, et il ne se rendait pas compte qu'il en devenait comlètement addict. C'était une sensation qu'il ne voulait plus oublier, la connaitre tous les jours de sa vie. Il allait loin dans ses pensées sans se rendre compte qu'elles étaient immensément effrayantes.

Pendant la tempête, Jazzy s'était retrouvé coincé entre Nolan, Loan & Naya. Il n'avait pas su quoi faire, et la fuite précipitée de Nolan l'avait peut-être sauvé d'un drame familiale, amicale, amoureux. Il ne sait pas à quel point il lui en était reconnaissant. « Il y avait mon frère et la soeur de mon meilleur ami. J'avais peur de... d'un drame familiale. » Il baissa la tête, un peu mal à l'aise. Il espérait que Nolan comprenne sa position sans se sentir blessé.

Mais soudainement, les doux rêves sont fait de ça, qui était-il pour ne pas être d'accord ? Eurythmics. Sweet dreams are made of this... who am I to disagree ? Cette chanson était presque perverse dans ses sonorités et il adorait ce qu'elle lui faisait ressentir. Nolan prit une initiative inattendue en se déshabillant complètement. Les cicatrices qui lui parcouraient le corps rendaient Nolan imaginaire. Et il le mattait de la tête au pied. Mon dieu, qu'il était beau complètement nu, la peau chair de poule, froide et blanche. Il ne lui en fallu pas plus que ça pour que Jazzy sente son jean se rétrécir avec une érection qui devait se voir à travers le tissu. « Mon dieu que t'es beau. T'es magnifique. » Il regardait Nolan comme un tableau.
Alors Jazzy se décida à suivre Nolan en se déshabillant complètement. Le strip tease que venait de lui faire Nolan le mit dans tous ses états. Les néons du diner traçait les lignes du corps des deux hommes, et en enlevant son boxer, il sentit tout son corps fébrile. Il se mit à sourire légèrement, nerveusement. Ce que Nolan déclenche en lui... Il s'avança vers ce garçon aux allures de demi dieu. « L'hypothermie ça se soigne à deux. » Et il repoussa Nolan contre la vitre du diner en lui attrapant les lèvres avec férocité. Animal. Some of them want to abuse you, some of them want to be abused...

_________________
the ice from my bones ,
we lay down in the riverbed, rest in the silhouettes our fathers and mothers laid before, restless souls in the desert sand, dream of another land that heroes and villians claimed before - ellem ›   

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://blackwood.forumactif.com/t337-there-s-a-bad-moon-on-the-rise-jazzy-baker http://blackwood.forumactif.com/t342-jazzy-fermer-les-yeux-face-aux-cieux-dans-lespoir-facetieux-de-recevoir-une-bise-ou-une-claque
avatar
Nolan Darwin
community member ✩ regular citizen

Messages : 296
Crédit : cosmic light


Occupation : lycéen putain
Réputation : Le gosse qu'on a cru mort pendant 12 petites heures, qui a eu ce terrible accident. Le gosse dont on ne sait jamais s'il s'agit vraiment d'un mec ou d'une fille.

MessageSujet: Re: J'ai toute la nuit dans les veines - Elvis +18   Jeu 8 Mar - 0:49




“and i set fire to the rain” & Il s'en fout de son drame familiale, de son frère, de la meilleure amie de son frère (cette pauvre nana qui s'est coupée la main, étrangement il l'aime beaucoup moins). Il s'en fiche, il y pense plus, il se sent bête de s'être vexé au dîner, ce n'est pas digne de lui.
Il se dessape à la place, et il écoute la musique.
Il est pas particulièrement pudique Nolan, c'est vrai. Il est mal à l'aise avec son corps, mais c'est une affaire qui ne regarde que lui et personne d'autre. Qu'est-ce que les gens en ont à foutre de lui, de son apparence androgyne, de sa manière d'être...
Il est pas pudique, en revanche, il est pas exhibitionniste non plus.
La nudité... C'est un concept étrange. C'est se dévoiler entièrement, c'est être différent et pourtant totalement soit même, dépossédé de tout artifice. Il sourit. Il serait presque fier de lui, si seulement il ne se sentait pas un petit peu con. En vrai il sait pas, il vit un mélange de plein de trucs. Il a la musique qui le bouscule aussi, assez violemment. Il a la tête qui tourne, parce qu'il a froid.
Il se sent vulnérable, et fort.
Il se sent fragile, et en sécurité.
C'est ça qu'Elvis lui fait, tout et son contraire, la totalité et le rien,
son pire cauchemar et un paradis perdu.
Il a envie de se faire embrasser, qu'on lui fasse l'amour.
Il a envie de le faire patienter, de ne jamais lui donner ce qu'il veut. Il sait pas, il sait rien, il adore et il déteste. Non, il déteste pas, il adore chaque parcelle de cet instant, il se délecte de son regard violent, et de son jean qui se serre sur son entre-jambe.
Il se délecte de l'effet qu'il produit.
Plus tard, Nolan Darwin en jouera, ce sera sa vie, l'effet qu'il produit.
« Mon dieu que t'es beau. T'es magnifique. » C'est pas vrai. Il est maigre, il est à peine cicatrisé, il produit un effet bipolaire, il a les yeux écartés et les cheveux trop longs, trempés en l’occurrence. Il est pas beau, Elvis il est beau.
Il s'attend pas vraiment à la suite, il croise les bras sur son torse et le regarde, virer ses vêtements en rythme, un à un. Il s'en sort bien, et ça fait sourire Nolan aussi. Y'a une vraie beauté étrange dans son corps. Il est taillé, avec finesse, un peu à la serpe. Y'a les lumières du néons, qui font danser sur ses muscles des ombres roses, qu'il sublime de son corps. Il est fort. Mais Nolan, ce pauvre être humain, peut pas s'empêcher de laisser son regard dériver entre ses jambes. Ouai, aucun doute, il bande encore.
Ils sourient tous les deux. Sans doute qu'ils se sentent niais, et beaux, et laids, et un peu vivants aussi. Nolan voudrait dire un truc, mais déjà, Elvis se rapproche, en claquant cette phrase contre ses lèvres. Le plus jeune se laisse faire, en souriant, il se laisse entraîner, jusqu'à une des vitres du diner. C'est dingue ce qu'ils partent vite en live.
Il sourit, très fort, contre ses lèvres, la vitre est glacée, y'a de la condensation d'eau, il se retrouve de nouveau avec le dos trempé. Il le sait, il est glacé. Il s'en fout. Il se sent excité, il a peur que quelque'un vienne, les voit à poil. Mais personne ne traîne à Blackwood par ce temps, par cette heure. Alors il sourit encore, se laisse emporter par son tourbillon animal. Il passe ses mains dans ses cheveux, les serre un peu, les tire vaguement. Il souffle contre ses lèvres :
" Hold your head up !"( Il s'arrête de l'embrasser, il le fixe. " Keep your head up, movin' on !" Il sourit. Il l'embrasse encore.
En réalité, il sait pas ce qu'il veut, il sait qu'il bande, comme jamais, que son corps réclame, mais il le laisse voir.
Il le laisse décider.




_________________

C'est moi le scandale, fatal, désigné. C'est moi ta morale, miss à mal, écrasée.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Elvis "Jazzy" Baker
community member ✩ regular citizen

Messages : 237
Crédit : h0neyy
Occupation : diplômé en recherche d'emploi, plongeur au diner de Blackwood
Réputation : « mais oui, c'est l'aîné Baker, le fils de la folle. Evidemment qu'il est comme sa mère, ce ne serait pas un Baker sinon...»

MessageSujet: Re: J'ai toute la nuit dans les veines - Elvis +18   Jeu 8 Mar - 22:15


Il n'était plus dans son corps, il était hors de tout. Omniscient à la scène qui se décrivait sous ses yeux, Jazzy voyait en Nolan un être pur et propre, quelqu'un à ne jamais toucher, un être de porcelaine qui pouvait être brisé au moindre contact. Comment pouvait-il lui faire du mal ? Comment pouvait-on lui faire du mal ? Il ressentait de la peine pour les cauchemars et les souvenirs que Nolan se mettaient dans le crâne après son accident, mais Jazzy voulait que son compagnon ressente qu'il était prêt à le protéger. Dans le secret, mais le protéger contre les douleurs du monde. Ce monde pervers et vaste, qui s'amusait à jouer avec ses humains. S'il y avait un dieu, il devait bien rire de voir le malheur de ses créations. Mais Jazzy prenait à coeur de rendre à Nolan la capacité de s'aimer à nouveau. Boulot difficle quand lui même ne s'appréciait pas forcément, c'est pour ça qu'il tenait tant à se détruire chaque jour qui passait à travers l'alcool, les bagarres et le sang.

Il voulait faire de Nolan un priorité, mais il était terrorisé. La dernière fois qu'il avait fait ça, il avait tout foutu en l'air pour une poignée d'emmerde. C'était bien plus fort que lui, beaucoup trop grand à ses yeux. L'attachement. Il n'était attaché à personne. Mais tous ces regards, toutes ces caresses, ces baisers, ces paroles, ce batifolage innocent. Nolan était ce qui se rapprochait le plus d'un lien pour Jazzy. Il ne s'en rendait pas compte tout de suite, pas maintenant, beaucoup trop tôt pour le dire, mais il ne pouvait plus se passer du brun aux cheveux ondulés.

Il sentait la peau glacée de Nolan sous ses doigts, mais il tentait de le réchauffer avec ses baisers. Il le parsemait. Les lèvres, la mâchoire, le cou. Il voulait y mettre de la tendresse, de la douceur. Il n'utiliserait pas le mot magique. Mais il y mettait tout ce qu'il pouvait lui offrir. Mais il voulait essayer un truc. Il ne l'avait jamais fait. Alors il glissa ses lèvres tout doucement vers le côté de son cou, sur ses cicatrices. C'était une part de lui, et Jazzy s'en foutait totalement. Il passa ses lèvres sur son torse, sa langue avec. Il espérait brûler sa peau avec sa bouche, réchauffer chacun de ses membres.

Ses dents frôla le bout de chair qui surplombait son pec, et il avait envie que d'une chose : putain, prendre la bite de Nolan en bouche. Il s'approcha de son ventre, et l'embrassa aussi. Sa main se glissa sur sa fesse et il planta ses ongles sur sa chair. Une trace. Une empreinte. Il s'approcha de la queue de Nolan, et sa langue glissa sur son gland chaud, rose, et putain il était bon. Le goût de Nolan était salé, acide et vivant. Il était chaud, sensible. Il enfonca sa queue au fond de sa gorge, en levant les yeux vers Nolan. Tellement beau.

_________________
the ice from my bones ,
we lay down in the riverbed, rest in the silhouettes our fathers and mothers laid before, restless souls in the desert sand, dream of another land that heroes and villians claimed before - ellem ›   

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://blackwood.forumactif.com/t337-there-s-a-bad-moon-on-the-rise-jazzy-baker http://blackwood.forumactif.com/t342-jazzy-fermer-les-yeux-face-aux-cieux-dans-lespoir-facetieux-de-recevoir-une-bise-ou-une-claque
avatar
Nolan Darwin
community member ✩ regular citizen

Messages : 296
Crédit : cosmic light


Occupation : lycéen putain
Réputation : Le gosse qu'on a cru mort pendant 12 petites heures, qui a eu ce terrible accident. Le gosse dont on ne sait jamais s'il s'agit vraiment d'un mec ou d'une fille.

MessageSujet: Re: J'ai toute la nuit dans les veines - Elvis +18   Ven 9 Mar - 0:18




“and i set fire to the rain” & Et à mesure qu'il se laisse embrasser, là contre la vitre humide du diner, il se dit qu'il a de la chance. Il a de la chance d'être à poil dans le diner familial de Blackwood, il a de la chance de se faire embrasser par le serveur. Et maintenant, dès qu'il verra des gens près de cette vitre, près de cette table, ou marchant sur ce sol, il aurait un sourire amusé. Toute cette bande de coincés, ils peuvent à peine imaginer, deux mecs s'embrassant sous la lumière des néons.
Il s'arrête pas d'ailleurs, cette pensée l'excite étrangement. L'idée de faire un doigt d'honneur à toute la communauté de Blackwood lui plait énormément. Il sourit contre les lèvres d'Elvis, qu'il attrape, qu'il mord, qu'il suce, contre sa langue qu'il tente de dompter, en vain.
Il le sent qui descend contre sa mâchoire, il respire. Il sent son souffle, qui se glisse jusqu'à sa nuque, à peine cicatrisée. Il gémit, c'est trop sensible, c'est encore trop tôt, il va en mourir il est certain. Ce cou n'a pas été fait pour être embrassé, il voit pas d'autres possibilité. Il se laisse faire, totalement donné aux baisers d'Elvis.
Baisers qui, lentement, sûrement, descendent, de plus en plus bas. D'abord la clavicule, puis le pectoraux (plat s'il en est), puis le ventre, tout aussi plat.
Et petit à petit, Nolan comprend. Ca lui vient en tête, doucement, lui-même en train de sucer Elvis, à cette soirée. Ca lui revient, il avait oublié que lui aussi pouvait profiter de ça. Il le regarde descendre, son corps se tend dans l'attente étrange de ce qu'il compte faire. Il se prend une main aux fesses, pour détendre l'atmosphère de son point de vue. Elvis lui, n'a pas envie de détendre quoique ce soit, ce que Nolan ne comprend pas, c'est qu'il ne réfléchit pas. Qu'il a besoin de le sentir, c'est tout. Il a perdu sa langue Nolan, il le regarde descendre encore, se mettre à genoux.
Le premier coup de langue, c'est sans doute le pire, et le meilleur. Il contient un soupir de plaisir, il ne détache pas son regard, il a pas envie d'en perdre une miette. Il a mal tellement il en a envie, d'Elvis, de sa bouche.
Et puis finalement, ça vient, enfin.
Et c'est bien meilleur que ce qu'il imaginait.
Il pensait sérieusement qu'il serait capable de garder les yeux ouverts, de le regarder faire, mais la vérité c'est qu'il en est incapable. Il lâche un soupir profond de plaisir, il bascule la tête en arrière. Ses cheveux s'accrochent à la vitre humide.
Putain ouai, c'est mieux que ce qu'il pensait.
Elvis joue de sa langue, joue de ses lèvres. Il a la sensation d'avoir un volcan entre les jambes, d'être plus dur que jamais. Il réfléchit pas, une de ses mains vient se coller à la vitre derrière lui, au niveau de sa tête, comme pour prendre appui. L'autre vient agripper les cheveux d'Elvis.
Et il soupire, et il soupire, et il gémit. Il gémit parce que c'est bon, il l'avoue, il gémit aussi, un peu plus fort que de raison, pour signifier à Elvis que c'est bon. Il s'en fout, il veut juste qu'il continue. Parce qu'il prend son pied.
Il s'appuie le plus possible contre la vitre, il réfléchit toujours pas, il vient passer une de ses jambes contre son épaule, et d'un geste brusque, il le ramène un peu plus contre lui, pour surtout pas qu'il vire sa bouche.







_________________

C'est moi le scandale, fatal, désigné. C'est moi ta morale, miss à mal, écrasée.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Elvis "Jazzy" Baker
community member ✩ regular citizen

Messages : 237
Crédit : h0neyy
Occupation : diplômé en recherche d'emploi, plongeur au diner de Blackwood
Réputation : « mais oui, c'est l'aîné Baker, le fils de la folle. Evidemment qu'il est comme sa mère, ce ne serait pas un Baker sinon...»

MessageSujet: Re: J'ai toute la nuit dans les veines - Elvis +18   Sam 10 Mar - 23:34

C'était une première fois. Une première fois à plusieurs niveaux, sans présemption et sans illusion. Jazzy ressentait tellement de chose en lui que ça devenait presque étouffant, mais il suffoquait de plaisir à chaque fois qu'il touchait Nolan. De la peur, de l'angoisse, de l'affection, de la tendresse, de l'anxiété, de l'appréhension, de la certitude, émotion, vivacité, sécurité, patience, fureur, passion. Trop de choses qui se bousculent et qui ne laissent pas de place au répit. Des vibrations qui lui parcouraient le corps de la tête aux pieds, comme une décharge électrique, un coup de taser dans le coeur et de la tête pour lui rappeler qu'il est bien là, ancré dans la vie réelle et que Nolan est réel, palpable. Il peut le voir et l'entendre, le toucher et le sentir. L'absorber par tous les moyens et l'incruster au fond de son cerveau jusqu'à ce que mort s'en suive. Il vivait cet instant comme une bulle, un arrêt dans le temps et ils vibraient à la même fréquence.

Et Jazzy suçait Nolan. Il aimait ça, il adorait ça même. Il le prenait en bouche complètement pour qu'il sente ce qu'il lui faisait ressentir, il voulait que Nolan comprenne ce qu'il se passe dans sa tête. Il sentait ses lèvres tirer à cause de sa bouche ouverte mais il se foutait de la douleur. Elle était là pour lui rappeler que derrière chaque chose mauvaise, il y aurait toujours du bon. Et il ne s'arrêtait pas, des mouvements de va et vient, plein de salive et de pression autour de la bite de Nolan. Et Elvis sentait les veines de la verge du garçon qu'il suçait, il sentait sa ferveur et son érection à tous les niveaux. Il avait chaud d'un coup mais il voulait faire trembler Nolan jusqu'à la jouissance. Il ne savait pas s'il était doué, il n'avait jamais suçé un mec avant, mais il faisait sur Nolan ce qu'il aimerait qu'on lui fasse.

Il remontait sa main dans les reins de Nolan pour lui appuyer le bassin et l'enfoncer un peu plus dans sa bouche. Il ne s'arrêtait pas, comme obsédé. Il en voulait plus, toujours plus, un peu plus.

_________________
the ice from my bones ,
we lay down in the riverbed, rest in the silhouettes our fathers and mothers laid before, restless souls in the desert sand, dream of another land that heroes and villians claimed before - ellem ›   

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://blackwood.forumactif.com/t337-there-s-a-bad-moon-on-the-rise-jazzy-baker http://blackwood.forumactif.com/t342-jazzy-fermer-les-yeux-face-aux-cieux-dans-lespoir-facetieux-de-recevoir-une-bise-ou-une-claque
avatar
Nolan Darwin
community member ✩ regular citizen

Messages : 296
Crédit : cosmic light


Occupation : lycéen putain
Réputation : Le gosse qu'on a cru mort pendant 12 petites heures, qui a eu ce terrible accident. Le gosse dont on ne sait jamais s'il s'agit vraiment d'un mec ou d'une fille.

MessageSujet: Re: J'ai toute la nuit dans les veines - Elvis +18   Mar 13 Mar - 0:34




“and i set fire to the rain” & Sweet dreams are made of thiiis.
Il la garde en tête, encore et encore en arrière, la main collée à la vitre, pour garder le peu d'équilibre qui lui reste. Le peu de dignité aussi, il y croit. Et d'hétérosexualité, mais c'est une autre affaire. Il a a totalement oublié qu'il était complètement nu contre une vitre, en verre donc, qui ne cache rien de son anatomie. Il n'est plus là, il se laisse porter par les lèvres de Jazzy, par sa langue, et par sa main qui vient se caler dans le bas des reins, pour le rapprocher, pour l'embrasser et l'enfoncer au creux de sa gorge. Nolan manque un battement, sa respiration trébuche, il la reprend maladroitement, il sourit un peu. Il a le coeur qui se serre, l'entrejambe qui s'enflamme toujours plus.
Il a l'impression d'être sur une autre planète en fait. Une planète de sensation. Il a envie de prendre Jazzy dans ses bras, de l'embrasser de partout. Il a aussi envie de le laisser continuer, parce lui il s'abandonne, de plus en plus. Il lâche ses dernières forces, il se mange les émotions, les sensations en pleine gueule, il se sent imploser, et il retient plus ses gémissements. Il croit qu'il souffle un
" P'tain Elvis..." Profond et langoureux, lorsqu'il l'enfonce un peu plus dans sa gorge. Il rouvre les yeux.
Il croise son regard...
Mais il n'y a pas que son regard qu'il croise.
La lumière du diner change soudainement, la lumière jaune et profond de phare vient se répercuter sur tout l'espace. Il jette un coup d'oeil paniqué à sa main accrochée à la vitre, elle aussi baignée de lumière. Il souffle :
" C'pas vrai..." Il regarde Elvis, qui s'est soudainement arrêté.
Il en a marre de sa vie.
Il a plus froid désormais. Il a le coeur qui bat, il reste un instant interdit. Il comprend bien vite que la voiture se gare, sur le parking, devant le diner.
Nolan a un moment de panique intense. Il s'accroupit, à côté d'Elvis. Il a la tête qui tourne à toute allure, il est contraint de s'appuyer au sol. Il regarde Elvis... Ils sont aussi nu l'un que l'autre, et ils risquent beaucoup trop gros. Il attrape la main de son acolyte (ou amant, il ne sait plus), l’entraîne rapidement vers le comptoir, tout en ramassant les fringues au passage. Puis, il s'assoit par terre, derrière, en passant simplement son caleçon, ses autres vêtements sont trop trempés. Il a la voix qui tremble.
"C'est qui Elvis ?"




_________________

C'est moi le scandale, fatal, désigné. C'est moi ta morale, miss à mal, écrasée.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Elvis "Jazzy" Baker
community member ✩ regular citizen

Messages : 237
Crédit : h0neyy
Occupation : diplômé en recherche d'emploi, plongeur au diner de Blackwood
Réputation : « mais oui, c'est l'aîné Baker, le fils de la folle. Evidemment qu'il est comme sa mère, ce ne serait pas un Baker sinon...»

MessageSujet: Re: J'ai toute la nuit dans les veines - Elvis +18   Mar 13 Mar - 11:22

Rien n’était clair, mais tout était limpide. Elvis ne se concentrait que sur le plaisir de Nolan, à travers sa langue et ses lèvres humides, la chaleur de sa salive et la férocité de ses mains. Il prenait plaisir à le sucer parce qu’il voyait Nolan dans un état second, et putain que c’était excitant. Il jouirait presque de le voir dans cet état-là. Tremblant, à l’aise, et désinhibé de toute pudeur. Elvis se sentait revalorisé et il n’avait pas de tabou avec Nolan, il était à l’aise et lui-même se sentait un peu sur un nuage plein de sueur et de sperme. Dégueulasse, mais tellement réel.

Il sentait Nolan se tendre dans son gorge, et sa verge grossir à mesure qu’il le suçait plus fort. Trop d’envie lui passait par la tête. Jusqu’où iraient-ils ? Qu’est-ce que Jazzy était capable de faire ou d’encaisser ? En avait-il même l’envie ? Putain oui qu’il en avait envie mais il avait un peu peur. Mais cette sensation de perdre toute notion du temps, de l’espace et de l’environnement était tellement agréable, qu’elle surpassait toutes les angoisses qu’il avait.

Mais dans un éblouissement total aux similitudes de mort au bout du tunnel, des phares vint éblouir Jazzy et le cul de Nolan en se postant devant le diner. Ce dernier se jeta sur le sol et cavala derrière le comptoir, et Jazzy, terrorisé d’être surpris par qui que ce soit le rejoignit à une vitesse folle en se camouflant avec les bouteilles d’alcool. « Merde putain, il est quelle heure ? » Il tenta de regarder l’horloge principale du diner mais il ne pouvait pas le faire sans être cramé. Il souffla et se tourna vers Nolan qui n’était vêtu que de son caleçon. Jazzy se mit à pouffer de rire nerveusement et il lui fit claquer l’élastique sur la peau. Il lui tendit sa chemise pour qu’il la porte, sachant que lui n’avait pas froid pour un sou. Il se mit à réfléchir sur la présence de cette personne. Mais les deux amants –l’étaient-ils ?- ne pouvaient se permettre de rester ici. Jazzy se mit à ramper vers son pantalon et l’enfila rapidement. Il glissa ses yeux discrètement dehors après que les phares se soient éteints et il inspecta rapidement la voiture. « OH PUTAIN. » C’était Tallulah Wilcox, sa patronne, qui débarquait. « Mais oui, on est jeudi ! Elle refait les stocks super tôt le matin, oh merde, il faut se barrer, elle va nous voir. Elle va nous voir, putain. » Elvis se mit à paniquer et il cherchait une sortie. Il fallait qu’il pousse la porte de la cuisine sans que Tallulah les voient. « Merde, si elle nous voit, elle va aller le dire à Naya. » Les tensions entre les deux femmes n’étaient pas forcément bonnes, mais c’était une info non négligeable à Blackwood de savoir que le fils Baker, de la folle Baker était en train de sucer un gamin de Blackwood.

Il en profita qu’elle soit derrière la porte pour aller dans la cuisine, en tirant la main de Nolan de toutes ses forces pour l’attirer à lui. Elvis immobilisa la porte pour ne pas qu’elle bouge et donner l’illusion que l’endroit est vide. Mis à part la forme des fesses de Nolan qu’on dessine parfaitement sur la vitre du diner. Un souvenir magnifique que Jazzy pourra voir s’il doit passer derrière le comptoir.

_________________
the ice from my bones ,
we lay down in the riverbed, rest in the silhouettes our fathers and mothers laid before, restless souls in the desert sand, dream of another land that heroes and villians claimed before - ellem ›   

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://blackwood.forumactif.com/t337-there-s-a-bad-moon-on-the-rise-jazzy-baker http://blackwood.forumactif.com/t342-jazzy-fermer-les-yeux-face-aux-cieux-dans-lespoir-facetieux-de-recevoir-une-bise-ou-une-claque
avatar
Nolan Darwin
community member ✩ regular citizen

Messages : 296
Crédit : cosmic light


Occupation : lycéen putain
Réputation : Le gosse qu'on a cru mort pendant 12 petites heures, qui a eu ce terrible accident. Le gosse dont on ne sait jamais s'il s'agit vraiment d'un mec ou d'une fille.

MessageSujet: Re: J'ai toute la nuit dans les veines - Elvis +18   Mar 13 Mar - 13:32




“and i set fire to the rain” & Il a le coeur qui bat à la chamade, il a le sang qui pulse dans ses veines, il a mal entre les jambes. Il a super mal, parce que c'est beaucoup trop douloureux d'être contraint et forcé de faire redescendre son excitation comme ça, d'un coup, sans prévenir. Il a le souffle court, il appuie vaguement sur son boxer, comme si ça allait l'aider. Il est même pas sûr de savoir quoi faire.
Faut dire que la situation est tout à fait exceptionnelle, se faire sucer, totalement à poil, appuyé à la vitre du
milford's diner c'est pas tout à fait commun.
Mais clairement, ce qui commence à devenir commun, c'est cette putain de manie de ce putain d'univers de, sans cesse, lui envoyer des signes, des coïncidences, des putains d'emmerdes. Non Nolan Darwin, tu ne baiseras point. On est tout à fait dans le domaine. Peut-être que c'est vraiment toujours comme ça pour les gays, que dieu leur envoie des signes pour qu'ils arrêtent de se prendre les uns les autres, pour ne jamais arriver au bout des choses. Mais lui il en peut plus, il en a marre de tout ça, il en a marre de se retrouver toujours dans des situations de merde.
Et Elvis qui se marre en le voyant remettre son caleçon humide, qui tire sur l'élastique.
Mine de rien ça détend vaguement Nolan, qui tente un sourire (ça marche moyennement bien).
Il attrape la chemise que lui tend Elvis, il l'enfile rapidement. Il a de plus en plus froid, il aurait besoin qu'on lui intègre une chaudière c'est pas possible. Il reste assis contre le bar, dos à la vitre et au parking, et il écoute Elvis, qui comprend finalement ce qu'il se passe.
Clairement oui, il faut se barrer. Malgré ses talents de menteur, il serait bien incapable d'expliquer pourquoi il est là, dans le diner, à 4 heures du matin, à moitié à poil, avec un autre mec totalement à poil. Il prie tous les saints et tous les dieux pour que cette chère Tallulah Wilcox n'ait pas vu sa silhouette, totalement nue, appuyée contre la porte vitrée. A cette simple pensée, il ne peut s'empêcher de fermer les yeux, de pousser un long soupir, et de se masser le crâne. L'univers lui en veut, l'univers lui en veut de vouloir se taper des mecs, l'univers veut le faire rester puceau pour le restant de ses jours, il voit que ça.
Il tique sur ce prénom, Naya. Il est prêt à parier qu'il s'agit de la nana qu'il a aidée au diner, l'autre jouer. Il fronce les sourcils, mais suit Elvis jusque dans la cuisine, en restant accroupi. Il le voit refermer lentement la porte, pour qu'elle ait l'air la plus naturelle possible. Il siffle, tout bas :
" C'est qui Naya ?"
La cuisine est très grande, très vide, et très métallique. Il se redresse un peu, il doit avoir l'air très con en caleçon et chemise. Il jette un coup d'oeil par le hublot qui permet de jeter un oeil à la salle. La porte s'ouvre.
Puis il réalise deux choses. Et la panique monte, ses yeux s'écarquillent. Il se mord la lèvre et siffle :
" Mec, mes fringues trempées sont toujours derrière le comptoir, d'une, de deux mon vélo est toujours accroché devant." Et il prie, il prie de toutes ses forces pour qu'il y ait une sortie dans la cuisine.
Parmi tous les trucs compromettants qui sont étalés autour d'eux, le pire reste toujours mecs à moitié ensemble, la nuit, dans un diner vide.





_________________

C'est moi le scandale, fatal, désigné. C'est moi ta morale, miss à mal, écrasée.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Elvis "Jazzy" Baker
community member ✩ regular citizen

Messages : 237
Crédit : h0neyy
Occupation : diplômé en recherche d'emploi, plongeur au diner de Blackwood
Réputation : « mais oui, c'est l'aîné Baker, le fils de la folle. Evidemment qu'il est comme sa mère, ce ne serait pas un Baker sinon...»

MessageSujet: Re: J'ai toute la nuit dans les veines - Elvis +18   Mar 13 Mar - 14:55


Il fallait une échappatoire pour Nolan et Elvis. Il n’avait aucune idée de comment il allait se sortir de cette merde, mais il allait trouver un moyen. Il chercha à s’accroupir près de la gazinière, celle qui se trouve à l’opposé de la porte, pour être caché si elle décidait de débarquer dans les cuisines. Elvis n’était pas du genre à mentir, mais il fallait bien qu’il trouve une excuse pour sauver sa peau et celle d’Elvis. Son cerveau fusait, il réfléchissait à tout allure, il en avait presque mal à la tête.
Mais il se tourna vers Nolan pour le voir habillé comme ça, et tout ce qu’il pensait s’atténuer le temps de quelques secondes. Ses jambes complètement nus et frigorifiés, sa peau fine et ses membres tout fins, comme les siens. Ses lèvres bleues par le froid qui régnait dans les cuisines durant la nuit, et le reste de l’érection qui venait de tâcher son caleçon. Il ferait n’importe quel écart avec Nolan, il en était persuadé. Mais le karma ne voulait pas qu’il explore cette part de lui qui ne demandait qu’à être découverte. Chaque fois qu’il avait tenté d’aller plus loin avec Nolan, on l’avait stoppé au moment où les choses devenaient intéressantes. Au moins, il aurait de quoi se branler sous la douche pour un bon moment au moins.

Mais Nolan coupa court à toutes ses pensées en lui demanda qui était Naya. Mais qui était Naya ? Son amante d’un moment dans un moment morbide ? Juste la petite sœur de son meilleur ami ? Un effet de confusion dans sa tête entre la vérité et le mensonge ? Il ne savait pas comment la décrire. « C’est une… amie. La petite sœur de mon meilleur ami, en fait. Une amie aussi. Mais avant c’est juste sa sœur. Puis par la suite c’est devenu une amie. » Il s’embrouillait, ne voulant pas dire la vérité, mais c’était nerveux et toute sa gestuelle montrait qu’il ne savait pas comment réagir. Il n’était pas en couple avec Nolan, mais il avait peur de le rendre jaloux. Il n’était pas en couple avec Naya, mais il avait peur de la rendre jalouse, bref, il ne savait pas comment faire. Il était coincé entre ces deux personnes, mais l’une de ces deux personnes lui faisait découvrir une part sombre de lui.

Soudain, Elvis eut une idée. Physiquement, les deux garçons se ressemblaient. Les habits de Nolan pouvaient très bien être les siens, même si le style ne correspondait pas. Il allait trouver une excuse, car s’ils décidaient de s’enfuir par la porte de derrière, cette dernière était si lourde qu’elle risquait de grincer fortement. « Attends, j’ai une idée. Par contre, faudra partir après. On aura pas le choix. » Il secouait la tête, parce qu’il  ne voulait pas laisser échapper à Nolan une nouvelle fois, mais le sort n’était pas favorable à leurs diverses rencontres.

_________________
the ice from my bones ,
we lay down in the riverbed, rest in the silhouettes our fathers and mothers laid before, restless souls in the desert sand, dream of another land that heroes and villians claimed before - ellem ›   

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://blackwood.forumactif.com/t337-there-s-a-bad-moon-on-the-rise-jazzy-baker http://blackwood.forumactif.com/t342-jazzy-fermer-les-yeux-face-aux-cieux-dans-lespoir-facetieux-de-recevoir-une-bise-ou-une-claque
avatar
Nolan Darwin
community member ✩ regular citizen

Messages : 296
Crédit : cosmic light


Occupation : lycéen putain
Réputation : Le gosse qu'on a cru mort pendant 12 petites heures, qui a eu ce terrible accident. Le gosse dont on ne sait jamais s'il s'agit vraiment d'un mec ou d'une fille.

MessageSujet: Re: J'ai toute la nuit dans les veines - Elvis +18   Jeu 15 Mar - 13:20




“and i set fire to the rain” & Tout se mélange mollement dans sa tête, il a du mal à réfléchir. Il a froid, avec la simple chemise d'Elvis. Elle est un peu trop grande pour lui (pas difficile). Elle est bleue, d'un bleu foncé et profond, un peu indigo. Il est persuadé qu'elle va mieux à Elvis qu'à lui. Il fronce les sourcils et finit par le joindre près de la gazinière, derrière la porte. Il a vraiment très peur qu'on les trouve, qu'on le dise à ses parents, qu'il soit incapable d'expliquer quoique ce soit, pourquoi lui n'a qu'une chemise sur le dos, et l'autre un simple pantalon. Son regard se perd, il est vrai, contre son torse. Il le fixe, un instant. Il n'est pas particulièrement taillé, il a des muscles tout fins, assez beaux, il l'avoue volontiers.
Clairement, il n'a plus aucun doute sur son orientation sexuelle. Il aime les mecs, c'est certain. Qu'est-ce qu'il aime d'autre, c'est la question qui suit logiquement.
Mais il entend déjà Elvis parler, déblatérer et bafouiller d'une manière ridicule. Il fronce les sourcils, il regarde le sol carrelé. Il glisse ce que son père dit toujours :
" Quand quelqu'un dit quelque chose une fois, c'est pour convaincre l'autre, quand il le dis deux fois c'est pour se convaincre soi même, et trois fois, c'est pour cacher quelque chose." Il a un vague sourire amusé à l'idée qu'Elvis lui cache quelque chose. Il lui jette un regard sombre, mais pas mauvais. Il peut comprendre. Il suffit de le voir de voir cette Naya (c'est la serveuse il en est certain, suffit de se souvenir de sa réaction l'autre jour, quand il l'a vue arriver, la main bandée). C'est vrai que, dans ses souvenirs, elle est belle.
Mais il n'a pas le temps de penser plus longtemps. Il l'écoute attentivement, entend qu'il a un plan. Il hoche la tête, doucement. Il se prépare déjà mentalement à fuir, en chemise et caleçon, à travers Blackwood, à dos de vélo.
Quelque part, il est rassuré. Il va mieux, parce qu'il sait qu'il peut compter sur lui, parce qu'il a une idée. Il peut pas s'empêcher de lui serrer la main, un instant, comme pour lui donner un peu de courage. Il est nul pour ça, mais il sourit.





_________________

C'est moi le scandale, fatal, désigné. C'est moi ta morale, miss à mal, écrasée.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: J'ai toute la nuit dans les veines - Elvis +18   

Revenir en haut Aller en bas
 
J'ai toute la nuit dans les veines - Elvis +18
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» photos la nuit dans la neige
» [Espinosa, Michael] Le mensonge dans les veines
» [Morgane Caussarieu] Dans les veines
» mon cauchemar de cette nuit
» Dans la nuit et le brouillard

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Moonage Daydream :: ✩ BLACKWOOD, WISCONSIN ✩ :: Northern Area :: Millford’s Diner-
Sauter vers: