AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 239 CHERRYWOOD STREET, la nuit brisant le silence (LOAN)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Elvis "Jazzy" Baker
community member ✩ regular citizen

Messages : 237
Crédit : h0neyy
Occupation : diplômé en recherche d'emploi, plongeur au diner de Blackwood
Réputation : « mais oui, c'est l'aîné Baker, le fils de la folle. Evidemment qu'il est comme sa mère, ce ne serait pas un Baker sinon...»

MessageSujet: 239 CHERRYWOOD STREET, la nuit brisant le silence (LOAN)    Jeu 11 Jan - 23:00


« Putain de banquier de merde ! » Fais chier. Jazzy commença à s'énerver quand il comprit qu'il n'avait plus un rond. Il ouvrit son frigidaire pour tenter de composer un plat exotique avec ce qu'il pourrait gratter sur les parois de l'appareil, mais même ce dernier criait famine. Il jeta un coup d’œil sur l'horloge de sa petite chambre et il lut 22h14. Bon. Il avait deux solutions : voler à ses propriétaires, ou voler à ses parents. D'un côté nous avions des personnes très tendres qui dépanneraient le pire des criminels, et de l'autre nous avions les géniteurs de Jazzy, un qu'il appréciait, l'autre qu'il la dégouttait. Le choix était vite fait. Il enfila sa veste de cuir, son bonnet (le sacré) et il s'installa sur sa moto pour se diriger vers la maison familiale des Baker.

Arrivé devant la bâtisse médiocre à la hauteur des moyens des libraires, il déposa la moto qui fit un bruit d'avion. Il espérait ne réveiller personne. Son père lui avait donné un double des clefs, donc il put déverrouiller la maison tranquillement. Il chercha un panier ou un sac en tissu et se dirigea vers les placards de cette maison dans laquelle il avait grandi. Il n'arrivait plus à apprécier l'ambiance chaleureuse de cette baraque, et se dépêcha de faire ses courses. Mais il constata que les placards étaient aussi vides que les siens. Une boite de conserve d'haricots blancs par ci, une boite de sauce tomate par là. Le frigidaire était composé d'aliments de base. Elvis ne pouvait pas leur enlever le pain de la bouche. Heureusement qu'il mangeait au diner le midi sinon ça ferait deux jours qu'il ne bouffait plus. Il était penché en avant dans le frigidaire, la lumière de l'ampoule de ce dernier qui illuminait la pièce, le cul en bombe. La maison était silencieuse.

_________________
the ice from my bones ,
we lay down in the riverbed, rest in the silhouettes our fathers and mothers laid before, restless souls in the desert sand, dream of another land that heroes and villians claimed before - ellem ›   

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://blackwood.forumactif.com/t337-there-s-a-bad-moon-on-the-rise-jazzy-baker http://blackwood.forumactif.com/t342-jazzy-fermer-les-yeux-face-aux-cieux-dans-lespoir-facetieux-de-recevoir-une-bise-ou-une-claque
avatar
Loan Baker
notable ✩ blackwood's leader

Messages : 315
Crédit : laura (ou alan) ♥


Occupation : errance dans les couloirs, âme en peine parmi les lycéens
Réputation : le weirdo par excellence. l'extraterrestre, comme on l'appelle, alors qu'il essaye désespéramment de se faire entendre.

MessageSujet: Re: 239 CHERRYWOOD STREET, la nuit brisant le silence (LOAN)    Mar 16 Jan - 22:33

Deux jours qu’il est retranché à la maison. Tout part d’un simple rhume dont la gravité a été très lourdement surestimée par la génitrice. L’histoire qui se répète encore et encore. Elle lui a trouvé de la fièvre là où il n’en a pas, a exagéré les risques que n’importe qui encourt à partir d’une maladie en apparence bénigne. Et depuis, Loan, il flippe tellement qu’il s’en est lui-même rendu malade ; le nez qui coule a laissé place aux maux de tête et la toux à la fièvre. Alors, bien entendu, il a été privé d’école – ce qui n’est pas pour lui déplaire, soyons d’accord – et passe ses journées affalé dans le vieux canapé, riant bêtement devant les programmes qu’offre la médiocre télévision du salon. Et, évidemment, le soir venu, il ne parvient pas à trouver le sommeil. Alternant sans cesse entre chaud et froid, fatigue et hyperactivité, il se tourne et retourne sous la couette.

La fièvre ne semble pas se calmer, puisqu’il se met soudainement à entendre des petits bruits émanant sans doute du salon. N’importe quel gosse aurait été effrayé mais quelque-peu rationnel ; du moins, cherchant à tout prix une explication à cela. Mais le benjamin des Baker, lui, est tout de suite persuadé qu’on envahit sa maison. Presque silencieusement, discrètement, des formes de vie venues d’ailleurs sont probablement entrées dans l’habitation et projettent de faire des membres de sa famille leurs otages. Totalement flippé, il se cache donc sous sa couverture, tremblant, les yeux exorbités dans l’obscurité. Sauf qu’au bout de quelques minutes seulement, le gamin doit bien se résoudre à sortir de sa cachette ; il meurt de soif. Alors, espérant de tout son cœur que les extraterrestres prennent peur en le voyant arriver, il sort de sa chambre, prenant le plus grand soin de ne pas faire de bruit.

En pyjama et les yeux cernés, il traverse le bref couloir menant à la pièce principale, les bras resserrés autour de son frêle corps en signe de protection. Il y a de la lumière qui émane de la cuisine, le guidant à travers le domicile. Seulement, le spectacle qui s’offre bientôt à lui le laisse perplexe. « Elvis ? » Sa petite voix s’est élevée, a violemment brisé le silence pesant. Son aîné a la tête dans le réfrigérateur,  semblant bien motivé à y trouver quelque-chose.

_________________
and i feel so alone, and so scared.


Dernière édition par Loan Baker le Ven 26 Jan - 19:52, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://blackwood.forumactif.com/t88-sickness-is-my-love#589 http://blackwood.forumactif.com/t95-the-lost-boy-loan#695
avatar
Elvis "Jazzy" Baker
community member ✩ regular citizen

Messages : 237
Crédit : h0neyy
Occupation : diplômé en recherche d'emploi, plongeur au diner de Blackwood
Réputation : « mais oui, c'est l'aîné Baker, le fils de la folle. Evidemment qu'il est comme sa mère, ce ne serait pas un Baker sinon...»

MessageSujet: Re: 239 CHERRYWOOD STREET, la nuit brisant le silence (LOAN)    Jeu 18 Jan - 20:45


Quel cauchemar ! Se retrouver le cul en bombe dans le frigo de sa famille, pour chercher de la nourriture qu'eux même ne possédaient pas. Il était ridicule de voler aux plus pauvres, car c'était bien là, la situation : sa famille se serrait la ceinture depuis quelques années car la librairie se désertait totalement. En effet, depuis que la mère Baker était devenue complètement dingue, les gens ne voulaient plus approcher les Baker de peur d'être endoctriné dans des délires sectaires d'alien et d'OVNI. C'est pour cette raison quil avait quitté le foyer.

En entendant une voix familialère, il sentit son sang se glacer d'effroi et il sursauta dans un bond qui lui fit taper le haut du crâne sur le rebord du frigidaire. « Aaaaaah ! » Il se frotta le dessus la tête suite au coup, et il reprit sa respiration. Il sentait son coeur ralentir car il était en tachycardie en entendant son réel prénom. Il se retourna, pour faire face à son plus jeune frère, Loan, qui le regardait avec étonnement. « C'est Jazzy, Loan. J-A-Z-Z-Y. » Il le prit de haut comme si son jeune frère n'était pas son propre sang. Il resta planté là. Il ne savait pas quoi dire, ni même quoi faire. Jazzy était un mauvais grand frère, il l'avait été à partir du moment où cet accident avait bousillé sa vie. Son souffle enfin reprit, il passa sa langue entre ses lèvres. « Il y a quelque chose à bouffer dans cette maison ? J'ai plus rien à manger. » Il pouvait bien lui demander au lieu de chercher comme un rat en manque de son fromage.

_________________
the ice from my bones ,
we lay down in the riverbed, rest in the silhouettes our fathers and mothers laid before, restless souls in the desert sand, dream of another land that heroes and villians claimed before - ellem ›   

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://blackwood.forumactif.com/t337-there-s-a-bad-moon-on-the-rise-jazzy-baker http://blackwood.forumactif.com/t342-jazzy-fermer-les-yeux-face-aux-cieux-dans-lespoir-facetieux-de-recevoir-une-bise-ou-une-claque
avatar
Loan Baker
notable ✩ blackwood's leader

Messages : 315
Crédit : laura (ou alan) ♥


Occupation : errance dans les couloirs, âme en peine parmi les lycéens
Réputation : le weirdo par excellence. l'extraterrestre, comme on l'appelle, alors qu'il essaye désespéramment de se faire entendre.

MessageSujet: Re: 239 CHERRYWOOD STREET, la nuit brisant le silence (LOAN)    Dim 28 Jan - 14:36

Bon. Aucune trace d’aliens dans la maison, apparemment. Seulement un jeune voleur ayant jeté son dévolu sur la maison de ses propres parents. Du moins, Mary Baker l’aurait pensé. Le benjamin, lui, tout ce qu’il voit, c’est son grand-frère qui est revenu au domicile familial. Il a déjà oublié qu’il l’a pris en flagrant délit, tête penchée vers le bac à légumes résolument vide. Son attention est simplement retenue par le simple fait de sa présence ici. Alors, indéniablement, un sourire ravi prend place sur ses lèvres, alors qu’il ne se rend même plus compte qu’il tremble de froid.

Pourtant, brusquement, il est ramené à la réalité. Jazzy ? Décidément, il ne comprend pas bien son obsession pour ce surnom ridicule. « Mais… Maman elle gronde Leah quand elle t’appelle comme ça… » Et l’aîné Baker, il a du mal avec son petit-frère. Un agacement percevable à des kilomètres, que Loan s’est pourtant toujours efforcé d’ignorer. Inconsciemment, il envie ce jeune homme qui a réussi à s’extirper de l’ambiance familiale nocive. Lui aussi, il aurait bien besoin de prendre son envol. Si seulement il réalisait vraiment, un jour, l’emprise malsaine de la mère sur lui. Mais Elvis, il le rejette. Sans cesse, et depuis des années. Quand le môme, lui, il persiste toujours, demandeur d’un minimum d’affection. « Tu rentres à la maison ? Si tu veux, j’ai gardé ton matelas dans ma chambre ! » Espoir vain d’un gosse qui n’y comprend pas grand-chose.

Il hausse les épaules. C’est pas lui qui gère la cuisine, il sait à peine où se trouvent les goûters. Alors, c’est tout naturellement qu’il propose ; « tu veux que j’aille demander à maman ? »

_________________
and i feel so alone, and so scared.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://blackwood.forumactif.com/t88-sickness-is-my-love#589 http://blackwood.forumactif.com/t95-the-lost-boy-loan#695
avatar
Elvis "Jazzy" Baker
community member ✩ regular citizen

Messages : 237
Crédit : h0neyy
Occupation : diplômé en recherche d'emploi, plongeur au diner de Blackwood
Réputation : « mais oui, c'est l'aîné Baker, le fils de la folle. Evidemment qu'il est comme sa mère, ce ne serait pas un Baker sinon...»

MessageSujet: Re: 239 CHERRYWOOD STREET, la nuit brisant le silence (LOAN)    Dim 28 Jan - 21:37

Elvis, Elvis, Elvis... Mais quel prénom de merde ! Il devrait trouver un moyen d'abandonner son patronyme pour éviter de trainer ce genre de casserole à vie. Déjà qu'on se foutait suffisamment de sa gueule par rapport à son nom de famille, le peu de gens qui connaissaient son prénom se foutait de lui par rapport à toute sa carte d'identé. C'était bien drôle pour les autres, moins pour Jazzy. Il s'était forgé un sacré caractère avec toutes ces choses, et c'était pas en revenant dans la maison familiale qu'il allait arranger les choses.

Il avait fallu qu'il tombe sur Loan et non pas sur la petite soeur. Au moins elle, elle était claire. Se taper le minot de service qui ne voulait pas le lâcher était une mauvaise plaie purulente et qui s'infectait de jour en jour. Il entendit la supplique du benjamin pour qu'il dorme à la maison -comme s'il allait accepter. Il leva les yeux au ciel et continua d'ouvrir un placard. Mais où se trouvait la bouffe dans cette batîsse en ruine ? « Non, n'appelle pas ta mère ! Surtout pas. Je ne veux pas la voir. » Vaut mieux Loan Baker que Mary Baker. A choisir entre la peste et la grippe -oui, il réinventait les expressions- il choisissait la moins létale mais la tout aussi chiante. Une part de lui avait pitié de ce qu'Elvis faisait subir à frère, mais d'un autre côté, il ne pouvait pas supporter ses lubies. Un jour, il trouvera son frère gourou d'une secte reptilienne à la limite de la folie psychiatrique. Il prit sur lui pour être poli, mais il voulait juste manger, son estomac grondait, un dragon était dans son estomac et attendait sa viande. « S'il te plait Loan, est-ce que tu aurais quelque chose à manger ? » Sa tête tournait, sa bouche était pâteuse. MANGER. C'était son seul credo à l'instant T.

_________________
the ice from my bones ,
we lay down in the riverbed, rest in the silhouettes our fathers and mothers laid before, restless souls in the desert sand, dream of another land that heroes and villians claimed before - ellem ›   

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://blackwood.forumactif.com/t337-there-s-a-bad-moon-on-the-rise-jazzy-baker http://blackwood.forumactif.com/t342-jazzy-fermer-les-yeux-face-aux-cieux-dans-lespoir-facetieux-de-recevoir-une-bise-ou-une-claque
avatar
Loan Baker
notable ✩ blackwood's leader

Messages : 315
Crédit : laura (ou alan) ♥


Occupation : errance dans les couloirs, âme en peine parmi les lycéens
Réputation : le weirdo par excellence. l'extraterrestre, comme on l'appelle, alors qu'il essaye désespéramment de se faire entendre.

MessageSujet: Re: 239 CHERRYWOOD STREET, la nuit brisant le silence (LOAN)    Mer 31 Jan - 21:13

Loan –qui a fait un pas en direction du plus grand– se mange sa violente réponse en pleine face. Elle le ferait presque tomber à la renverse, tellement son petit cœur s’en trouve meurtri. La mésentente maladive entre mère et aîné Baker n’est un secret pour personne. Quand ils se trouvent dans la même pièce, c’est à peine s’ils peuvent se regarder mutuellement. Ils se hurlent dessus à longueur de temps et ne lésinent pas sur les reproches. Et ce, bien sûr, sans penser à se cacher du regard du plus petit. Il déteste ces moments d’engueulades auxquels il assiste, parfois, impuissant. Il fallait donc s’en douter, que la proposition de faire face à la matriarche n’allait pas plaire. Il ne pensait tout de même pas qu’Elvis n’hésiterait pas à la renier en tant que mère devant lui. Alors, il stoppe son mouvement, la tête basse et les paupières lourdes. Ses doigts viennent nerveusement triturer son haut de pyjama, fâcheuse habitude qu’il a pris dans ses moments d’anxiété. Et faire face à un grand-frère distant et presque méchant, ça a sa dose de stress.

Finalement, le garçon crédule qu’il est se laisse aller à un nouvel espoir ; Elvis a prononcé une phrase gentille, ou du moins, polie. C’est suffisant pour qu’il retrouve son enthousiasme d’auparavant et qu’il hoche vigoureusement la tête. « Je sais où sont les biscuits ! » Il le dépasse pour s’arrêter devant le fameux placard. Celui sur lequel il se jette tous les soirs en rentrant du lycée, mort de faim ; il ne mange pas beaucoup au réfectoire, le midi. Pas fan des carottes trop cuites et de la purée devenue solution aqueuse. Il sort les deux paquets à moitié entamés, uniques locataires, et les pose sur le minuscule plan de travail. « T’aimes bien ça ? Désolé, j’ai mangé la dernière gaufre tout-à-l’heure. » D’un coup, il culpabilise vraiment. « Je savais pas que tu viendrais… » il se sent obligé d’ajouter.

_________________
and i feel so alone, and so scared.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://blackwood.forumactif.com/t88-sickness-is-my-love#589 http://blackwood.forumactif.com/t95-the-lost-boy-loan#695
avatar
Elvis "Jazzy" Baker
community member ✩ regular citizen

Messages : 237
Crédit : h0neyy
Occupation : diplômé en recherche d'emploi, plongeur au diner de Blackwood
Réputation : « mais oui, c'est l'aîné Baker, le fils de la folle. Evidemment qu'il est comme sa mère, ce ne serait pas un Baker sinon...»

MessageSujet: Re: 239 CHERRYWOOD STREET, la nuit brisant le silence (LOAN)    Lun 19 Fév - 21:16


   
Ces derniers mois, Jazzy avait expérimenté le manque de nourriture, une famine constante car son salaire au millford ne lui permettait pas de manger à sa faim. La chambre qu'il louait allait devoir se libérer sous peu et il espérait sincèrement entrer au pepin news pour gagner mieux sa vie, et, pourquoi pas, acheter un pied-à-terre, un truc à lui dont il pourra customiser comme bon lui semble. Mais aujourd'hui, il était comme un voleur dans le domicile Baker, les grands yeux de son frère qui espérait tant avoir un lien, un contact, une étincelle avec Jazzy, ce que ce dernier n'est pas à même de lui offrir. Trop difficile, trop dur, trop imprudent. Si Loan rentrait dans son monde, il risquerait de se faire très mal et Mary Baker ne laisserait jamais faire.

Loan lui tend deux paquets, presque des miettes au fond d'eux mais il s'en contente. Il les arrache du plan de travail pour les manger, comme un porc, la bouche ouverte et sans aucune discrétion. Il s'en foutait partout, mais il crevait la dalle. « T'as pas des oeufs ? Je veux une omelette. » Il prie presque un dieu qu'il ne croyait pas pour une omelette. Il en bavait rien que d'y penser, et ses yeux pétillaient. « Oh putain je rêve d'une omelette... Une bien baveuse là. » Il continuait à manger les biscuits en imaginant que c'était des oeufs. Un message pour Loan. Autant se servir du gamin hein.

_________________
the ice from my bones ,
we lay down in the riverbed, rest in the silhouettes our fathers and mothers laid before, restless souls in the desert sand, dream of another land that heroes and villians claimed before - ellem ›   

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://blackwood.forumactif.com/t337-there-s-a-bad-moon-on-the-rise-jazzy-baker http://blackwood.forumactif.com/t342-jazzy-fermer-les-yeux-face-aux-cieux-dans-lespoir-facetieux-de-recevoir-une-bise-ou-une-claque

Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: 239 CHERRYWOOD STREET, la nuit brisant le silence (LOAN)    

Revenir en haut Aller en bas
 
239 CHERRYWOOD STREET, la nuit brisant le silence (LOAN)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Photo de nuit
» [HD2] Street view et bousolle
» [Le Cherche Midi] Les enfants de la nuit de Frank Delaney
» Comment connaître la vitesse instantanée de nos bolides la nuit ?
» Prendre des photo de nuit avec Nikon D80

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Moonage Daydream :: ✩ BLACKWOOD, WISCONSIN ✩ :: Northern Area :: Maisons-
Sauter vers: