AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 once upon a time, a bitch lost in the woods- LIBRE

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Invité
Invité


MessageSujet: once upon a time, a bitch lost in the woods- LIBRE   Mar 26 Déc - 21:31


L'hiver était à présent bien installé à Blackwood, plus les saisons passaient offrant leurs singularités propres, plus Cece et son frère voyaient leurs espoirs de rentrer à Chicago s'éloignaient. Le temps passé chez leur oncle était beaucoup moins supportable avec le froid et l'ambiance de Noël, qu'en plein été quand les journées étaient plus longues et que le soleil dorait leur peau. Cela faisait quelques mois qu'ils étaient coincés dans le Wisconsin et que leur mère était en prison. Au début de cette aventure, Cece s'était dit que tout serait vite régler et qu'elle rentrerait bientôt dans l'hôtel particulier dans les beaux quartiers de Chicago où elle avait toujours vécu. Mais quand bien même sa génitrice serait enfin libérée, la famille avait déjà vu tous ses biens saisis par la justice. C'était également à cause de cette pauvreté toute nouvelle que Cecilia avait dû prendre un job étudiant à Blackwood. Quand elle ne s’entraînait pas avec les cheerleaders, qu'elle ne préparait pas le journal du lycée ou qu'elle n'était pas en cours, la jeune fille travaillait au cinéma de la ville. Même si elle trouvait qu'elle ne méritait pas un travail aussi ingrat qu'employé de cinéma, elle appréciait néanmoins le cadre de son boulot. Elle pouvait voir tous les films récents sans dépenser le moindre sous, même si ses séances étaient souvent dérangées par des clients qui voulaient une nouvelle box de pop corn en plein milieu des scènes cruciales. Au volant de sa voiture, Cece se rendait justement au cinéma pour prendre son poste. Cette semaine, ils passaient un tout nouveau film en sortie nationale qui selon la radio était déjà un très gros succès: Ghostbusters. Après l'avoir déjà visionné quatre fois de son stand de pop corn, Cece commençait déjà à connaître certaines répliques par cœur et était un peu moins enchantée à l'idée de le revoir à nouveau. Mais elle n'avait pas le choix, si elle ne voulait pas dire à dieu à son argent de poche, elle devait se rendre au travail. Au volant de sa voiture, la belle traversait le bois pour se rendre au centre-ville, quand la vieille Ford que lui avait donné son oncle commença de faire un bruit étrange. Puis petit à petit, elle sentit qu'elle perdait de la vitesse jusqu'à ce que la voiture s'immobilisa sur la route au milieu de la forêt. « Bordel de merde » siffla-t-elle entre ses dents, en donnant un violent coup dans le levier de vitesse. Quel était le comble pour une nièce de garagiste ? Conduire une voiture de merde qui tombait en panne tous les deux jours. Cece porta ses fines mains manucurées sur les clefs et tenta de redémarrer la voiture, en espérant qu'elle eut suffisamment refroidie. Mais rien y fit, ce qui la contraignit à pousser un petit gémissement comme une enfant à deux doigts de faire un caprice. Il faisait déjà nuit, il neigeait, Cece allait être en retard au boulot et était en panne dans les bois. Comment sa vie pourrait-elle plus se dégrader encore ?
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Invité


MessageSujet: Re: once upon a time, a bitch lost in the woods- LIBRE   Mer 27 Déc - 22:45

C’était un après-midi comme les autres pour Adelaide. Elle s’ennuyait pendant que sa mère travaillait. En début d’après-midi, elle avait déjà fait les poussières, passé le balai puis la serpillère et avait sorti les poubelles, bref elle avait fait toutes les tâches que sa mère lui avait assignées la veille. La jeune avait d’ailleurs bien noté tout ce qu’il y avait à faire : elle est très tête en l’air et oublie toujours tout. Toutes les entrées de sa liste étaient désormais rayées.
Adelaide ne savait pas quoi faire. Ses devoirs ? non merci, elle venait seulement d’avoir les vacances, elle voulait donc en profiter, au moins au début. En plus, les corvées de la matinée lui avaient déjà gâché le début des vacances. Ne sachant quoi faire, elle décida de faire une petite sieste. Elle se jeta sur son lit, se tourna dans tous les sens mais rien n’y faisait : elle n’arrivait pas à dormir. Mais l’idée de faire ses devoirs ne l’enchantait pas plus, elle préférait encore s’ennuyer que les faire. Elle avait juste une flemme intersidérale. Elle resta alors allongée sur son lit, à rêvasser. Dans ces moments-là, l’adolescente s’imaginait des vies qu’elle n’aurait jamais. Le plus souvent elle imagine sa vie avec son père, s’il ne s’était pas comporter comme un gros con à l’égard de sa mère et elle. Mais finalement, elle était contente que son père les ait lâchées, elles s’en portaient mieux. En général, après cette vie imaginaire, elle passait à l’autre : celle où Jane n’était pas partie. Les deux jeunes auraient alors passé toutes leurs vacances ensembles, elles seraient allées à la piscine, au cinéma, elles auraient dormi l’une chez l’autre. Elles auraient pu aussi…
DRIIIIIIING
Le téléphone sonna. Adelaide sortit de son lit, mit ses chaussons en vitesse et traversa la maison pour atteindre le combiné qu’elle porta à ses oreilles. Elle reconnut immédiatement la voix de sa mère au téléphone.
« Adelaide, ma chérie ? Est-ce que tu pourrais faire quelques courses pour ce soir ? Je n’ai pas très envie de les faire en rentrant, demanda la femme.
- Mamaaaan ! Il fait déjà nuit, répliqua la gamine.
- L’argent est dans le bocal sur la table de la cuisine, merci ma puce. A ce soir ! »
Le dialogue de sourd, comme toujours. Adelaide se rapprocha de la fenêtre pour regarder la météo actuelle. De la neige. Il ne manquait plus que ça. Elle partit chercher un pull plus chaud, ainsi que son bonnet, ses gants, son écharpe et sa veste avant d’enfiler ses bottes fourrées. Pour accéder au centre-ville, et donc au supermarché, la jeune devait traverser la forêt. Elle se mit donc en marche, sans oublier l’argent.
Dans la forêt, elle entendit une voiture qui tentait de démarrer, en faisant un bruit horrible. Elle se rapprocha de la route et regarda de plus près la voiture. Elle vit une jeune fille du lycée, une nouvelle en terminale, et toqua à la vitre.
« Ça va ? demanda-t-elle ».
Elle regretta aussi tôt. Mais qu’est-ce qui lui avait pris de s’adresser comme ça à quelqu’un qu’elle ne connaissait même pas ? Une fille populaire qui plus est ! Et c’était quoi cette question, sérieux ? « Ça va ? » bien sûr que non ça n’allait pas, elle était en panne ! Elle se mordit la lèvre inférieure, comme lorsqu’elle faisait une bêtise.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Invité


MessageSujet: Re: once upon a time, a bitch lost in the woods- LIBRE   Mer 27 Déc - 23:49

Toujours en train de maudire l'épave que son oncle lui avait refilé et pestant également contre ce dernier, son regard s'arrêta sur le rétroviseur. Elle crut voir une ombre qui contrastait avec le déluge de flocon de neige. Son coeur se mit soudainement à battre la chamade, elle était au beau milieu d'une route qui traversait une forêt un soir d'hiver, en pleine campagne du Wisconsin. Cece ne connaissait pas encore bien les us et coutumes des gens ici, bien qu'elle soupçonnait certain villageois d'être consanguins d'après certaines faces difformes qu'elle croisait dans les couloirs du lycée. Et si un malade habitait à la forêt et était réputé pour violer les jeunes filles en panne ? Ou pire les tuer ? Cecilia essaya de se souvenir si elle avait déjà eu vent d'une telle histoire à l'école ou encore dans les archives du journal du lycée. Archives qu'elle regrettait de ne pas avoir épluché suffisamment comme le lui avait conseillé le proviseur Carter lorsqu'elle avait pris la fonction de redac chef. Cece avait ignoré ses suggestions jugeant que quoiqu'il avait été fait avant, elle ferait de toute façon mieux. Elle s'en mordait les doigts à présent qu'elle n'était pas capable de se rappeler si des incidents avaient déjà eu lieu dans la forêt et qu'elle n'avait donc aucune longueur d'avance. Devait-elle sortir le couteau qu'elle cachait en permanence dans son sac et qui attesté d'une vieille habitude prise à Chicago où le taux de criminalité était largement plus important qu'à Blackwood ? Soit elle se faisait des films, soit son destin était en péril ou alors elle était à deux doigts de planter un innocent qui faisait juste une ballade nocturne dans les bois. Les campagnards pouvaient avoir des plaisirs étranges. Finalement Cece ne trouva rien de mieux que de s'enfoncer dans son siège en se faisant le plus petite possible, comme si par sa simple pensée elle pourrait disparaître. Fermant les yeux, elle priait tous les dieux pour qu'une voiture passe sur cette route déserte et enneigée. Puis soudain, quelqu'un tapa à sa vitre. Elle n'avait donc pas rêvé en voyant une ombre marcher. Cece se mit à hurler dans un cri strident, les mêmes qu'elle méprisait et qui sortaient directement de la bouche des clientes du cinéma les plus niaises à la vue de scènes un peu sensibles. Sauf qu'elle, il était question de sa vie et qu'elle avait toute les raisons de flipper. Puis reprenant ses esprits, découvrant ses yeux qu'elle s'était cachés de ses mains comme pour ne pas affronter la réalité en face. Elle vit un visage de jeune fille, environ son âge. En tendant l'oreille, elle comprit les paroles de la fille qui lui demandait si ça allait. « Quelle malade se balade à pied dans les bois à cette heure et avec ce temps ? » grogna Cece en descendant sa fenêtre à l'aide de la manivelle. Bon le ton employé n'était peut-être pas le bon étant donné qu'elle n'était pas vraiment en position de jouer la Queen bee. Elle se rattrapa aussitôt en s'excusant avant même que la jeune fille puisse répondre. « Désolée, tu m'as vraiment fait flipper ! Cette fichue voiture veut pas démarrer ! » se lamenta Cece, suppliant le ciel que l'intrus s'y connaisse en mécanique.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Invité


MessageSujet: Re: once upon a time, a bitch lost in the woods- LIBRE   Jeu 28 Déc - 22:04

La question de la jeune fille fut suivie d'un cri tellement aigu qu'Adelaide crut perdre l'ouïe. Sérieusement, est-ce que crier était vraiment nécessaire ? Pour la première fois, Adelaide prit quelqu'un de haut. Très ironique puisqu'elle a toujours été très réservée, se pensant nulle.
L'adolescente est une personne très innocent. Jamais l'idée qu'un homme puisse enlever des femmes en panne dans les bois ne lui aurait traversé l'esprit, bien au contraire. Sa naïveté lui aurait fait croire, contrairement à Cece, qu'un homme lui serait venue en aide et lui proposant gentiment ses services. Vivre dans une petite ville lui a donné comme avantage (ou comme défaut ?) de ne pas se méfier de tout le monde en ce qui concernait les crimes. La méchanceté gratuite, elle la connaissait. Pas les histoires de viol ou de femmes dépecées.
D'ailleurs, les films d'horreur n'étaient pas sa tasse de thé. Mais là n'est pas le sujet.
« Désolée, tu m'as vraiment fait flipper ! Cette fichue voiture veut pas démarrer ! s'exclama la Cheerleader. »
Adelaide regretta davantage son intervention. Comment pouvait-elle l'aider ? Elle n'avait même pas son permis, alors lui réparer sa voiture ? Impossible.
« Je ne vais pas t'être d'une grande aide, désolée, répliqua-t-elle. »
Sur ces paroles, la petite brune continua son chemin. Il fallait quand même qu'elle aille les faire ces courses ! pensa-t-elle.
Elle se conduisait à nouveau bizarrement. Son élan de sociabilité était redescendu à zéro dès qu'elle toqua à la fenêtre. L'adolescente ne savait pas comment se comporter avec les gens de son âge, elle était beaucoup trop intimidée. Alors parler à une cheerleader, rédactrice en chef du journal du lycée et en plus qui venait de Chicago ?! C'était trop pour elle. Elle se sentait constamment jugée, ce qui ne lui plaisait pas du tout. C'est pourquoi elle les évite.
Elle marchait, avait parcouru quelques mètres quand soudain elle eût une idée. Elle rebroussa chemin, toqua à nouveau à la fenêtre de la voiture qui n'avait toujours pas bougée - pas de réparations miracles entre temps visiblement - et dit :
« Finalement, si je peux t'aider. Je n'habite pas très loin, on va chez moi à pieds et tu appelles un mécanicien pour te dépanner. »
Elle était fière de cette idée. Enfin, elle allait être utile. Elle espère juste que l'autre jeune n'allait pas lui cracher à la gueule lorsqu'elles se croiseront dans les couloirs du lycée. Elle espère juste ne pas être embêter par la terminale.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Invité


MessageSujet: Re: once upon a time, a bitch lost in the woods- LIBRE   Ven 12 Jan - 20:37

Son cœur battait encore la chamade, comme si elle venait de voir un esprit ou comme ce jour où elle avait cru perdre le sac à main Kelly de sa mère dans le vestiaire d'une boite huppée de Chicago. Cece reprenait peu à peu ses esprits. Malgré sa frayeur furtive quelques secondes avant, la jeune brune voyait une lueur d'espoir et une chance de ne pas arriver en retard à son boulot, en dépit de sa panne de voiture. La bouche en coeur, elle attendait une aide. Une main tendue. Mais la fille trancha net lui disant qu'elle ne pouvait pas l'aider, bien que Cece ne lui avait pas encore demandé, comme si cela semblait évident. Son petit sourire charmeur se transforma pour laisser place à une moue outrée alors que Cece voyait la lycéenne s'éloigner l'air de rien. Quelle connasse, pensa Cece. A moins qu'elle avait à faire à une véritable barjot et que ses doutes premiers quant à l'atmosphère inhospitalière de la forêt de Blackwood étaient fondés. Inspirant et respirant profondément pour tenter de se calmer, Cece vit la jeune fille faire demi-tour. Venait-elle la finir ? Était-ce finalement le moment de paniquer et s'enfuir à travers les bois ? Se convainquant qu'elle devait sûrement faire face à une bouseuse pas très civilisée, Cece prit sur elle et calma sa paranoïa. « Oh c'est vraiment gentil de ta part ! Tu me sauves la vie » lui avoua Cece, bien que sa vie n'était pas réellement en danger et qu'elle n'était de toute façon pas encore sauvée. Fallait-il encore que son oncle réponde au téléphone, lui qui avait l'habitude d'écouter la musique à tue-tête lorsqu'il était en train de bricoler dans son garage. Cece attrapa son sac à main, après avoir vérifié que son petit calepin avec ses numéros était bien à l'intérieur de celui-ci. Elle ne connaissait pas le numéro du garage, ni le numéro de la maison de son oncle -où elle vivait pourtant depuis plusieurs mois- par cœur. Cece sortit et ferma la portière à clef, même s'il n'y avait rien à voler dans sa voiture et que de toute évidence elle ne démarrait plus. « Tu habites loin ? » demanda-t-elle sur un ton qu'elle voulait normal, pour ne pas avoir l'air d'une chieuse qui se plaignait de devoir marcher jusqu'au téléphone. « Je ne sais pas comment tu fais pour te balader ici, c'est flippant. Puis ce froid ... » ajouta Cece avant même que la jeune fille, qu'elle présumait lycéenne bien qu'elle ne l'eût jamais vu, réponde.
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: once upon a time, a bitch lost in the woods- LIBRE   

Revenir en haut Aller en bas
 
once upon a time, a bitch lost in the woods- LIBRE
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [4x09/10] Lost In Time
» [Manga] Saint Seiya - The Lost Canvas
» [SOFT] REAL TIME TRAFFIC : Avertisseur de radars en temps réel [Gratuit]
» Doctor Who: Adventures in Time and Space
» Coup de coeur horloger ou choix raisonné : Lange Time Zone, Journe Chrono Souverain, IWC Perpetual Calendar ou Réserve Auto Noire ?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Moonage Daydream :: ✩ BLACKWOOD, WISCONSIN ✩ :: Countryside :: Woods-
Sauter vers: